Retour progressif d’une biodiversité dans une réserve naturelle du Rhin

Hall 1 > Fonds Externe > Article Standard

Imprimer l'article

Reportage

 30 janvier 2019
Entre Grand Canal d’Alsace et Vieux-Rhin s’étend aujourd’hui, au niveau de Kembs, une zone naturelle là où ne poussait autrefois que du maïs. Petit à petit la nature reprend le dessus, dans toute sa diversité. C’est du moins l’objectif que s’est donné l’association de la Petite Camargue Alsacienne.

AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

C’est un petit coin de nature loin de tout, blotti entre le Vieux-Rhin d’un côté et le Grand Canal d’Alsace de l’autre. Un petit bout du monde où la présence humaine se fait rare. Inutile de chercher votre route sur la carte, l’accès est limité aux marcheurs : comptez une bonne heure à pied depuis l’écluse de Kembs pour vous y rendre.

Une terre isolée rendue à la Nature

Il y a encore quelques années le randonneur ne trouvait ici pour paysage que celui de la monoculture du maïs.
Mais en 2014, EDF propriétaire du terrain et l’association de la Petite Camargue Alsacienne, chargée de gérer la future réserve, ont engagé un processus de renaturation pour faire du site un exemple de reconquête de la biodiversité.
Après plus d’un an de travaux, une centaine d’hectares a été débarrassée de toute trace agricole, puis aménagée et remblayée pour y faire couler une rivière.

Baptisé le “Petit-Rhin”, le cours d’eau, alimenté en amont par le grand canal d’Alsace, rejoint, après un parcours de sept kilomètres, le Vieux-Rhin en aval.
Le nouveau paysage ainsi remodelé s’apparente aux milieux ouverts, déboisés, des plaines alluviales, tels qu’il en existait autrefois en région rhénane.
De quoi concrétiser là les rêves les plus fous de Philippe Knibiely, le directeur de la réserve. “Inutile d’essayer de revenir à l’état originel, ce qui a disparu a disparu à tout jamais, mais on peut essayer de s’en approcher et ce bras d’eau va jouer son rôle.”

Une faune utile aux paysages

Quelques mois après la mise en eau du site, les résultats sont déjà visibles : oiseaux, insectes et plantes qu’on n’avait plus vus depuis longtemps ont fait leur retour.
Aigrettes, libellules et autres crapauds ont trouvé là un territoire propice à leur développement.
Sans compter les saumons, réintroduits après leur élevage en pisciculture, qui peuvent circuler librement grâce à la passe à poissons.
Un constat très encourageant pour Philippe Knibiely mais pas suffisant : “Pour entretenir ce milieu ouvert, il n’y a pas mieux que les grands herbivores”.

Cinq chevaux Konik PolskiRace de petits chevaux très rustiques, d’origine polonaise. Le Konik est utilisé pour la gestion écologique de nombreux parcs et réserves naturelles, grâce à sa rusticité et à son comportement sauvage., trois juments et deux hongresAppellation qui désigne un cheval castré, et par extension les autres équidés castrés, comme l’âne et le mulet. La castration, en éliminant les hormones associées au comportement sexuel du cheval entier permet généralement à un mâle d’être plus calme et plus docile, donc plus approprié comme animal de travail au quotidien., ont été amenés sur le site en septembre 2018.
Livrés à eux-mêmes sur trente hectares, ils vivent leur vie de cheval sans intervention humaine, comme leurs ancêtres des plaines centrales européennes il y a quelques milliers d’années. De constitution robuste ces chevaux s’adaptent très bien à ces milieux rustiques constitués d’herbes sèches.
Comment vont-ils s’adapter à leur milieu, comment le milieu va-t-il s’adapter à leur présence ? Réponse d’ici quelques années. Si l’expérience est concluante, des étalons viendront enrichir le cheptel en 2020.

En période estivale, moutons et chèvres, viennent aussi jouer leur rôle de tondeuse depuis trois saisons. Le berger dispose d’un enclos pour faire brouter une trentaine de bêtes.
Tout y passe et surtout les plantes invasives : les moutons font le tri entre le bon et le mauvais…

Déjà bien installées depuis plusieurs années sur le site de la Petite Camargue Alsacienne, les Highlands Cattle vont faire leur arrivée au printemps prochain pour compléter l’action des chevaux. Ces vaches écossaises “ne dédaignent pas à l’occasion les tiges dures” , alors que les Konik sont plus amateurs d’herbes rases.

La présence humaine est tolérée mais Philippe Knibiely préfère autant maintenir les visiteurs à distance.
Les chevaux, notamment, ont besoin d’évoluer dans un environnement sauvage autant que possible.
Un observatoire a été installé aux abords du site de manière à observer sans être vu et à influer le moins possible sur le milieu.
Un sentier de découverte va être aménagé au printemps prochain, qui devrait permettre au public d’approcher au plus près ce laboratoire grandeur nature sans trop interférer sur son évolution.
Le but de l’opération pour Philippe Knibiely et les chercheurs de la maison de recherche de la Petite Camargue Alsacienne est de développer un îlot de biodiversité dans un océan de vie plus en plus pauvre.
Rendez-vous d’ici une décennie pour tirer les premières conclusions.

Vincent Lemiesle

Crédits : Toto

Imprimer l'article

Adhérez-vous aux idées, opinions et constats de cet article ?

Non, je rejette en bloc à 100% toutes les idéesNon, je ne suis pratiquement d'accord sur rienNon, c'est assez médiocre, à 2 ou 3 détails prèsNon, c'est à peine passableJe ne suis qu'à moitié convaincu.eOui, c'est plutôt pas malOui, c'est globalement bien vuOui, c'est plutôt très bienOui, c'est excellentOui, c'est parfait à 100%

Note moyenne : 0,00 sur 0 votes.
Inscrivez-vous pour noter cet article et répondre aux sondages
Loading...

Les éléments suivants sont au moins bornés jusqu’à l’année 2019

  •  Entre le Vieux-Rhin et le Grand Canal d’Alsace, EDF (propriétaire de terrains) et l’association Petite Camargue Alsacienne, ont entamé dès 2014, la transformation d’une centaine d’hectares d’anciens champs de maïs en un lieu de reconquête de la biodiversité, pour en faire une réserve naturelle. 

  • Toute trace agricole a disparu, et il a été creusé une petite rivière baptisée le “Petit-Rhin” (alimenté par le Grand Canal d’Alsace) rejoint le Vieux-Rhin.

  • Le nouveau paysage s’apparente aux milieux ouverts, déboisés, des plaines alluviales, qui existaient autrefois dans la région.

  • Quelques mois après la mise en eau du site, oiseaux, insectes, plantes disparus depuis longtemps, ont fait leur retour (Aigrettes, libellules, crapauds, saumons d’élevage relâchés….).

  • D’après le directeur de la réserve, il n’y a pas mieux que les grands herbivores pour entretenir ces milieux ouverts. Ainsi, 5 chevaux Konik Polski ont été amenés en septembre 2018, moutons et chèvres “tondent” les plantes invasives en période estivale, des vaches écossaises Higlands Cattle doivent arriver au printemps 2019…

  • La présence humaine est tolérée mais à distance des grands animaux (et surtout les chevaux) qui ont besoin d’évoluer dans une nature aussi sauvage que possible, sans influer sur le milieu. D’où l’aménagement d’un sentier de découverte, et d d’observatoires discrets.  

Les commentaires se font directement au Forum

Texte central

Vincent Lemiesle

Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont choisis / produits par Canal Animal.
Toute omission au texte-source serait signalée par la ponctuation (…)

“C’est un petit coin de nature loin de tout, blotti entre le Vieux-Rhin d’un côté et le Grand Canal d’Alsace de l’autre.”
“Quelques mois après la mise en eau du site, les résultats sont déjà visibles : oiseaux, insectes et plantes qu’on n’avait plus vus depuis longtemps ont fait leur retour.”
“La présence humaine est tolérée mais Philippe Knibiely préfère autant maintenir les visiteurs à distance.”
“Un observatoire a été installé aux abords du site de manière à observer sans être vu et à influer le moins possible sur le milieu.”

Crédits : tata

Les Halls de Canal Animal
PROGRÈS
GRAND HALL
OPPRESSIONS
INFLUENCES
DROIT
IDÉES
SCIENCES
ARCHIVES
ARTITUDES

Le procès d’un cheval maltraité contre son ancienne propriétaire

Victime de négligences criminelles, Justice est présenté au Barreau en tant que Personne
Fermer le menu