Pour Kant, rien n’est plus détestable que toute ressemblance animale en l’humain

Hall 2 > Fonds Externe > Article Standard

Imprimer l'article

Synthèse

AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Ce qui m’est si suspect dans l’éthique Kantienne, est la « dignité » qu’elle accorde à l’homme au nom de l’autonomie.
La faculté à s’auto-déterminer moralement est attribuée aux hommes comme un avantage absolu – comme un profit moral – et l’on en fait en secret une prétention à la maîtrise –  à la maîtrise sur la nature. C’est là l’aspect réel de la prétention transcendantaleAvant l’arrivée de Kant, on admettait que de nombreux concepts premiers de la réalité fasse partie du bagage “a priori” de l’esprit humain, sans pour autant qu’on puisse expliquer ou analyser en détail ces concepts. Kant rejette ce type de connaissance, et affirme que l’intellect ne doit pas se plier à ce “mur” indéfinissable de connaissances, mais au contraire, s’affirmer “transcendantale”, de telle sorte que c’est maintenant notre faculté de compréhension et de représentation qui doivent prendre le dessus sur le mystère des origines. Autrement dit, aux mystères insondables de la Nature devant laquelle on pourrait adopter une posture d’humilité, Adorno dénonce la démarche de Kant qui serait de faire “rentrer” la Nature dans les compartiments et limites de l’esprit humain, pour ensuite s’octroyer le droit à toutes les manipulations dégénérées sur celle-ci. suivant laquelle l’homme prescrit les lois à la nature.

La dignité éthique chez Kant est d’une destination-différente. Elle est dirigée contre les bêtes. Elle exclut tendanciellement l’homme de la création et de ce fait menace incessamment son humanité de se retourner en inhumanité.
A la compassion, elle ne laisse aucune place. Rien n’est plus détesté des Kantiens que le souvenir de la ressemblance-animale de l’homme. Cette tabouisation est à chaque fois en jeu, lorsque l’IdéalismeEnsemble de théories philosophiques qui considèrent que la nature ultime de la réalité découle d’abord de l’esprit, par des formes abstraites ou représentations mentales. L’Idéalisme s’oppose au Réalisme qui affirme que le monde externe a une existence indépendante de la conscience et de la connaissance qu’on peut en avoir. Il s’oppose aussi au Matérialisme, qui affirme que la réalité ultime est la matière. insulte le Matérialismesystème philosophique qui soutient que toute chose est composée de matière et que, fondamentalement, tout phénomène est le résultat d’interactions matérielles, y compris la pensée qui naît de structures matérielles, et donc saisissables par les sciences dures.. Les bêtes jouent virtuellement pour le système idéaliste le même rôle que les juifs pour le fascisme. Insulter l’homme de bête – là est l’authentique idéalisme.
Nier absolument et à tout prix la possibilité de sauver les bêtes est la limite intangible de leur métaphysiqueConnaissance du monde, des choses ou des processus en tant qu’ils existent « au-delà » et indépendamment de l’expérience sensible que nous en avons.. Les sombres aspects de Beethoven s’accrochent précisément à cela.

Theodor W.Adorno
(1903-1969)

Imprimer l'article

Adhérez-vous aux idées, opinions et constats de cet article ?

Non, je rejette en bloc à 100% toutes les idéesNon, je ne suis pratiquement d'accord sur rienNon, c'est assez médiocre, à 2 ou 3 détails prèsNon, c'est à peine passableJe ne suis qu'à moitié convaincu.eOui, c'est plutôt pas malOui, c'est globalement bien vuOui, c'est plutôt très bienOui, c'est excellentOui, c'est parfait à 100%

Note moyenne : 8,00 sur 1 votes.
Inscrivez-vous pour noter cet article et répondre aux sondages
Loading...

Les commentaires se font directement au Forum

Texte central

Theodor W.Adorno

Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont choisis / produits par Canal Animal.
Toute omission au texte-source serait signalée par la ponctuation (…)

“Rien n’est plus détesté des Kantiens que le souvenir de la ressemblance-animale de l’homme.”

Disponible dans notre librairie

Les Halls de Canal Animal
PROGRÈS
GRAND HALL
OPPRESSIONS
INFLUENCES
DROIT
IDÉES
SCIENCES
ARCHIVES
ARTITUDES
Fermer le menu