Dimanche 18 Avril 2021

Actus et culture animalières

Version Beta 2.1

RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

Une étude constate qu'on a plus d'empathie pour les animaux que pour les humains

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Synthèse
Article-source publié le
 30 septembre 2019
Contenu central
La plupart des enfants ressentent naturellement beaucoup d'empathie à l'égard des animaux. (Crédits : Nospensees.fr)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Dans la tête et le cœur de beaucoup d’entre nous, les animaux sont les seuls êtres vivants qui vivent les choses de façon pure, innocente, sans mensonges ni manipulations.

Dans la tête et le cœur de beaucoup d’entre nous, les animaux sont les seuls êtres vivants qui vivent les choses de façon pure, innocente, sans mensonges ni manipulations.

À l’inverse des êtres humains, ils sont perçus comme parfaits, subissant les horreurs que les Hommes leur infligent au quotidien. Comme la maltraitance, l’esclavage, mais aussi la pollution de leur habitat ou encore la destruction à petit feu de leur planète.

Évidemment, seules les espèces dites « esthétiques », c’est-à-dire la plupart des mammifères (terrestres et marins), nous inspirent un tel sentiment.
Les autres sont considérées comme répugnantes, voire même nuisibles. Beaucoup des soi-disant amoureux des animaux pleureront des jours entiers la mort d’un chaton, mais n’hésiteront pas à écraser à la moindre occasion une guêpe ou encore une araignée, pourtant éminemment importante pour l’écosystème.

La raison ? Les mammifères ont plus d’aspects physiques et comportementaux en commun avec l’Homme. Cela permet de se sentir plus facilement proche d’eux. Ainsi, un lion nous est plus familier qu’un moustique.

L'homme adulte, loin en dernière position

Une étude scientifique menée aux États-Unis par des chercheurs de l’Université de Northeastern, de Boston, a mis au jour une vérité plutôt étonnante : la plupart des êtres humains sont plus touchés par le sort d’un animal que par celui de l’un de leurs congénères.

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont confronté 240 hommes et femmes à des photographies distinctes de victimes d’une présumée attaque à la batte de baseball : celle d’un homme adulte, d’un bébé humain, d’un chien adulte et d’un chiot.

(…)

Les résultats sont sans équivoque. La grande majorité des personnes interrogées a éprouvé plus d’empathie pour le bébé humain et le chiot. Puis pour le chien adulte et enfin pour l’homme adulte qui arrive loin derrière, en dernière position.

Les animaux sont perçus comme des êtres dépendants et fragiles, comme le sont les bébés humains. C’est pour cette raison que la plupart d’entre nous seront plus émus et concernés par ce qu’il peut arriver à un animal qu’à un humain. En pensant à un animal, même adulte, on éprouve le même sentiment de protection et d’instinct presque maternel que l’on pourrait ressentir pour un bébé.

L’homme adulte est quant à lui considéré comme le seul capable de se défendre contre les agressions. Quasiment aucun sondé n’a donc éprouvé d’empathie pour ce dernier.

Article indexé par Franck Isaac
Article traduit par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Crédits : INA
Auteur(s)
Clara Zerbib
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
Dans la tête et le cœur de beaucoup d’entre nous, les animaux sont les seuls êtres vivants qui vivent les choses de façon pure, innocente, sans mensonges ni manipulations.
la plupart des êtres humains sont plus touchés par le sort d’un animal que par celui de l’un de leurs congénères.
La grande majorité des personnes interrogées a éprouvé plus d’empathie pour le bébé humain et le chiot. Puis pour le chien adulte et enfin pour l’homme adulte qui arrive loin derrière, en dernière position.
Les animaux sont perçus comme des êtres dépendants et fragiles, comme le sont les bébés humains. C’est pour cette raison que la plupart d’entre nous seront plus émus et concernés par ce qu’il peut arriver à un animal qu’à un humain.
L’homme adulte est quant à lui considéré comme le seul capable de se défendre contre les agressions. Quasiment aucun sondé n’a donc éprouvé d’empathie pour ce dernier.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
Auteur(s)
Clara Zerbib
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Dans la tête et le cœur de beaucoup d’entre nous, les animaux sont les seuls êtres vivants qui vivent les choses de façon pure, innocente, sans mensonges ni manipulations.
la plupart des êtres humains sont plus touchés par le sort d’un animal que par celui de l’un de leurs congénères.
La grande majorité des personnes interrogées a éprouvé plus d’empathie pour le bébé humain et le chiot. Puis pour le chien adulte et enfin pour l’homme adulte qui arrive loin derrière, en dernière position.
Les animaux sont perçus comme des êtres dépendants et fragiles, comme le sont les bébés humains. C’est pour cette raison que la plupart d’entre nous seront plus émus et concernés par ce qu’il peut arriver à un animal qu’à un humain.
L’homme adulte est quant à lui considéré comme le seul capable de se défendre contre les agressions. Quasiment aucun sondé n’a donc éprouvé d’empathie pour ce dernier.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires