Tout être doté d'une personnalité est une personne

Version Bêta - En construction - Lancement officiel : 1er semestre 2021
Mercredi 20 Janvier 2021
Le Webcurateur d’actualités animalières
Tout être vivant doté d’une personnalité est une personne
Annuaires évènementiel & associatif animaliers

Engageons-nous pour
une information complète sur
la zoodiversité et la cause animale

|
|
RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

Un grossiste français vend 780 tonnes de faux steaks aux associations caritatives

Bouffe de pauvres / Un grossiste français vend 780 tonnes de faux steaks aux associations caritatives

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Synthèse
Article-source publié le
 7 juin 2019
Contenu central
Les "faux" steaks hachés surgelés commandés en Pologne sont stockés dans les locaux de la banque alimentaire de la Vienne. (Crédits : Vincent Hulin/ Maxppp)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Depuis juillet 2018, 780 tonnes de steaks hachés ont été livrées à La Croix Rouge, Les Restos du Cœur, le Secours Populaire Français, et la Fédération française des banques alimentaires, des associations venant en aide aux plus démunis.

Mais les associations ont donné l’alerte au mois de mars : le goût, la couleur et la texture du steak haché ne leur paraissaient pas habituelles.
Après avoir suspendu la distribution, elles ont fait analyser ces steaks par les services de la répression des fraudes. Et le verdict est sans appel : ces steaks ne contenaient pas de la viande mais du gras, pas du muscle mais de la peau. Le tout mixé avec du soja et de l’amidon, des produits non-autorisés dans des steak hachés, avec un réemploi aussi de viande transformée.

Tromperie en bande organisée

En fait, il s’agissait de tout sauf de la vraie viande.
Ces matières premières, de très mauvaise qualité, ne présentent pour autant aucun danger pour la santé. L’entreprise française incriminée a malgré tout réussi à écouler près de 7 millions de steaks hachés. Elles les a fait fabriquer en Pologne pour, selon l’enquête, baisser ses coûts de production et augmenter sa marge. Autrement dit, pour se faire de l’argent sur le dos des plus démunis. Les fraudeurs encourent 2 ans de prison et 1,5 million d’euros d’amende pour tromperie et fraude en bande organisée.

Invitée sur RTL,  Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances a annoncé que l’État allait saisir la justice. « Il est hors de question que ce type d’attitude se reproduise », a indiqué la secrétaire d’État. « C’est un message envoyé aux entreprises : c’est du pénal, on va jusqu’à deux ans de prison, plus d’un million d’euros d’amende. On va transmettre au procureur », a-t-elle assuré.

D'après CheckNews de Livération, le grossiste VOLDIS SAS du groupegp serait le commanditaire de cette fausse viande auprès de négoces polonais. (Crédits : Canal Animal)
La pétition en ligne ici
Crédits : BFM TV
Auteur(s)
Armelle Ley
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
ces steaks ne contenaient pas de la viande mais du gras, pas du muscle mais de la peau. Le tout mixé avec du soja et de l’amidon, des produits non-autorisés dans des steak hachés, avec un réemploi aussi de viande transformée. 
L’entreprise française incriminée a malgré tout réussi à écouler près de 7 millions de steaks hachés. Elles les a fait fabriquer en Pologne pour, selon l’enquête, baisser ses coûts de production et augmenter sa marge.
c’est du pénal, on va jusqu’à deux ans de prison, plus d’un million d’euros d’amende.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
Auteur(s)
Armelle Ley
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
ces steaks ne contenaient pas de la viande mais du gras, pas du muscle mais de la peau. Le tout mixé avec du soja et de l’amidon, des produits non-autorisés dans des steak hachés, avec un réemploi aussi de viande transformée. 
L’entreprise française incriminée a malgré tout réussi à écouler près de 7 millions de steaks hachés. Elles les a fait fabriquer en Pologne pour, selon l’enquête, baisser ses coûts de production et augmenter sa marge.
c’est du pénal, on va jusqu’à deux ans de prison, plus d’un million d’euros d’amende.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires