Le média d'informations et de culture animalière

Samedi 6 Mars 2021

Le média d'informations et de culture animalière

Engageons-nous pour
une information complète sur
la zoodiversité et la cause animale

RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

Shenzen devient la première ville chinoise à bannir la consommation de chats et chiens

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Synthèse
Article-source publié le
 2 avril 2020
Contenu central
chiens étals
(Crédits : Humane Society International)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Cela arrive après que l’épidémie de coronavirus soit liée à la viande d’animaux sauvages, ce qui a incité les autorités chinoises à interdire leur commerce et leur consommation.

Shenzhen est allé plus loin en étendant l’interdiction aux chiens et aux chats. La nouvelle loi entrera en vigueur le 1er mai. Trente millions de chiens sont tués chaque année en Asie pour leur viande, selon la Humane Society International (HSI).

Cependant, la pratique de manger de la viande de chien en Chine n’est pas si courante – la majorité des Chinois ne l’ont jamais fait et disent ne pas vouloir le faire.

« Les chiens et les chats comme animaux de compagnie ont établi une relation beaucoup plus étroite avec les humains que tous les autres animaux, et l’interdiction de la consommation de chiens et de chats et d’autres animaux de compagnie est une pratique courante dans les pays développés et à Hong Kong et Taiwan », a déclaré le gouvernement de la ville de Shenzhen, selon un rapport de Reuters.
« Cette interdiction répond également à la demande et à l’esprit de la civilisation humaine ». L’organisation de défense des animaux HSI a fait l’éloge de cette initiative.

« Cela pourrait vraiment être un moment décisif dans les efforts pour mettre fin à ce commerce brutal qui tue environ 10 millions de chiens et 4 millions de chats en Chine chaque année », a déclaré le Dr Peter Li, spécialiste de la politique chinoise pour HSI.

Bile-dours
Sans aucune preuve de son efficacité, la bile d'ours est recommandée comme traitement au Covid-19 par le PCC. (Crédits : SOS Vox)
Lubie de la bile d'ours

Cependant, en même temps que cette décision, la Chine a approuvé l’utilisation de la bile d’ours pour traiter les patients atteints de coronavirus.

La bile d’ours – un liquide digestif drainé des ours vivants en captivité – est utilisée depuis longtemps dans la médecine traditionnelle chinoise.

Le principe actif, l’acide ursodésoxycholique, est utilisé pour dissoudre les calculs biliaires et traiter les maladies du foie. Mais rien ne prouve qu’elle soit efficace contre le coronavirus et le processus est douloureux et angoissant pour les animaux.

Brian Daly, un porte-parole de la Fondation pour les animaux d’Asie, a déclaré à l’AFP : « Nous ne devrions pas compter sur des produits dérivés de la faune sauvage comme la bile d’ours comme solution pour combattre un virus mortel qui semble provenir de la faune sauvage ».

Article indexé par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Post-Scriptum

Ce même mois d’avril, la ville de Zhuhai a également pris un arrêté dans le même sens sur la consommation prohibée de chats et de chiens.

Auteur(s)
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Traduit par
Canal Animal
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
la pratique de manger de la viande de chien en Chine n’est pas si courante – la majorité des Chinois ne l’ont jamais fait et disent ne pas vouloir le faire.
Cela pourrait vraiment être un moment décisif dans les efforts pour mettre fin à ce commerce brutal qui tue environ 10 millions de chiens et 4 millions de chats en Chine chaque année
« Cette interdiction répond également à la demande et à l’esprit de la civilisation humaine »
en même temps que cette décision, la Chine a approuvé l’utilisation de la bile d’ours pour traiter les patients atteints de coronavirus.
La bile d’ours – un liquide digestif drainé des ours vivants en captivité – est utilisée depuis longtemps dans la médecine traditionnelle chinoise. (…) rien ne prouve qu’elle soit efficace contre le coronavirus et le processus est douloureux et angoissant pour les animaux.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
Auteur(s)
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Traduit par
Canal Animal
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
la pratique de manger de la viande de chien en Chine n’est pas si courante – la majorité des Chinois ne l’ont jamais fait et disent ne pas vouloir le faire.
Cela pourrait vraiment être un moment décisif dans les efforts pour mettre fin à ce commerce brutal qui tue environ 10 millions de chiens et 4 millions de chats en Chine chaque année
« Cette interdiction répond également à la demande et à l’esprit de la civilisation humaine »
en même temps que cette décision, la Chine a approuvé l’utilisation de la bile d’ours pour traiter les patients atteints de coronavirus.
La bile d’ours – un liquide digestif drainé des ours vivants en captivité – est utilisée depuis longtemps dans la médecine traditionnelle chinoise. (…) rien ne prouve qu’elle soit efficace contre le coronavirus et le processus est douloureux et angoissant pour les animaux.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires