|
|
|
Jeudi 23 Septembre 2021
Jeudi 23 Septembre 2021

Média participatif sur la condition animale

Version Beta 2.1

Média participatif sur la condition animale

Ne pas penser l'animal pour garder l'ordre intact

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Extrait
1ere publication en
 1934
Extrait de l'article
Pour l'être humain, il est préférable de voir l'être animal comme n'ayant aucune forme de pensée. (Crédits : toutpoulechien.com)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

L’animal n’est pas spectacle ; il chasse pour son compte ; lui-même est nourriture. Son sang ressemble à notre sang. Ces rapports violents obscurcissent la nature. Ils nous saisissent plus fort dans l’animal apprivoisé et dressé ; car c’est presque notre semblable, et les différences éclatent par cela même.

L’animal n’est pas spectacle ; il chasse pour son compte ; lui-même est nourriture. Son sang ressemble à notre sang. Ces rapports violents obscurcissent la nature. Ils nous saisissent plus fort dans l’animal apprivoisé et dressé ; car c’est presque notre semblable, et les différences éclatent par cela même.

Il est urbain, comme il est enfantin, de croire à l’amitié des bêtes. Tout n’est pas idylle en cette familiarité, car on mange le boeuf. Si le boeuf se fie à l’homme, le boeuf a bien tort. C’est une raison de ne pas tant se fier au boeuf, même sans compter le coup de corne.
Aussi l’on observe chez les dresseurs, qui font profession d’aimer les bêtes, et qui sans doute les aiment d’une certaine façon, une brutalité fort prompte ; c’est alors que l’on peut dire, en suivant Eschyle, que force gouverne et que violence n’est jamais loin ; et il en résulte, dans l’animal, des mouvements de peur qui en vérité sont très impolis.

(…)

Plus profondément, il n’est point permis de supposer l’esprit dans les bêtes, car cette pensée n’a point d’issue.
Tout l’ordre serait aussitôt menacé si l’on osait croire que le petit veau aime sa mère, ou qu’il craint la mort, ou seulement qu’il voit l’homme.
L’oeil animal n’est pas un oeil. L’oeil esclave non plus n’est pas un oeil, et le tyran n’aime pas le voir ; toutefois en ce cas, qui est tout politique, on imagine aisément la haine, la crainte, l’espérance ; au lieu que devant l’animal on repousse toutes ces choses, dessinant et achevant au contraire l’impénétrable, l’imperméable forme.
On s’arme ici de piété, contre une pensée importune ; et encore une fois la prière agreste est un monstre d’inattention.

C’est aux travaux sur la bête que l’homme apprend à ne pas penser. Il se détourne ; et il y a du fanatisme dans ce mouvement.
L’animal ne peut être un ami, ni même un ennemi ; n’en parlons plus, parlons d’autre chose, ou parlons sans penser.
L’homme le doigt sur les lèvres, c’est le silence de pensée qu’il impose d’abord à la nature ; c’est le droit refusé.
Cette dureté, ce mouvement d’épaule, ce travail repris, cet arrêt des pensées est dans tout geste de religion. Le rite est un impénétrable refus ; le Sphinx, de toute façon, figure les anciens dieux.

Article indexé par Franck Isaac
Article traduit par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Auteur(s)
Auteur(s) de l'oeuvre
Alain
(1868-1951)
Publication complète
Ouvrage-source
Les dieux
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
Si le boeuf se fie à l’homme, le boeuf a bien tort. C’est une raison de ne pas tant se fier au boeuf, même sans compter le coup de corne.
Tout l’ordre serait aussitôt menacé si l’on osait croire que le petit veau aime sa mère, ou qu’il craint la mort, ou seulement qu’il voit l’homme.
C’est aux travaux sur la bête que l’homme apprend à ne pas penser. Il se détourne ; et il y a du fanatisme dans ce mouvement.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
Auteur(s)
Auteur(s) de l'œuvre
Alain
(1868-1951)
Publication complète
Ouvrage-source
Les dieux
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Si le boeuf se fie à l’homme, le boeuf a bien tort. C’est une raison de ne pas tant se fier au boeuf, même sans compter le coup de corne.
Tout l’ordre serait aussitôt menacé si l’on osait croire que le petit veau aime sa mère, ou qu’il craint la mort, ou seulement qu’il voit l’homme.
C’est aux travaux sur la bête que l’homme apprend à ne pas penser. Il se détourne ; et il y a du fanatisme dans ce mouvement.
Alain, de son vrai nom Émile-Auguste Chartier, né le 3 mars 1868 à Mortagne-au-Perche (France) et mort le 2 juin 1951 au Vésinet, est un philosophe, journaliste, essayiste et professeur de philosophie français. Il est rationaliste, individualiste et critique. (Source : Wikipédia)
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES

Laisser un commentaire