Tout être doté d'une personnalité est une personne

Version Bêta - En construction - Lancement officiel : 1er semestre 2021
Mercredi 20 Janvier 2021
Le Webcurateur d’actualités animalières
Tout être vivant doté d’une personnalité est une personne
Annuaires évènementiel & associatif animaliers

Engageons-nous pour
une information complète sur
la zoodiversité et la cause animale

|
|
RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

L'histoire d'amour contrariée entre le bio et les français

Je t'aime, moi non plus / L’histoire d’amour contrariée entre le bio et les français

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Synthèse
Article-source publié le
 26 février 2020
Contenu central
Les français sont assez sceptiques sur l'origine, et les traitements sur la nourriture qualifiée de Bio. (Crédits : Mike Fouque)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Le marché français du bio alimentaire pèse 9,7 milliards d’euros en 2018 et est en croissance de plus de 15% par rapport à l’année précédente.

Le dernier baromètre de l’Agence bio, dont les résultats ont été dévoilés jeudi 20 février, montre que près de neuf Français·es sur dix (89%) consomment des produits biologiques en 2020 contre un peu plus d’un sur deux en 2003, année de la première édition.
La perception des produits bio semble faire consensus en France : 87% des personnes interrogées considèrent qu’ils contribuent à préserver l’environnement et 82% pensent qu’ils sont meilleurs pour la santé.

Pourtant, le bio ne représente que 4,4% de la consommation générale de produits alimentaires en 2017 et la fréquence de consommation demeure faible.
Seuls 14% des Français·es consommeraient bio quotidiennement et 25% auraient une consommation diversifiée, c’est-à-dire régulière et variée de produits biologiques, selon l’étude INCA 3 de 2017. Comment expliquer un tel écart entre des croyances positives à l’égard du bio et une consommation quotidienne assez faible ?

(…)

Barrières et alternatives

1. «Le bio théorique, oui, le bio pragmatique, non!»

L’analyse de ce type de discours fait ressortir une distinction forte entre, d’une part, un bio théorique (ce qu’il devrait être) et, d’autre part, un bio pragmatique (ce qu’il est réellement, le bio labellisé)

(…)

L’association mentale entre le bio et ses effets bénéfiques sur la santé existerait bien, mais serait questionnée dans le contexte marchand actuel.

2. «Je m’interroge sur les pratiques agricoles, commerciales et de labellisation»

Trois types de pratiques sont aujourd’hui mises en cause par les consommateurs:

  • Les pratiques agricoles qui ne permettraient pas d’obtenir un produit 100% bio: est-il possible de produire sans traitement, de contrôler l’effet de facteurs exogènes comme la pollution de l’air ou des champs voisins ?
  • Les pratiques commerciales qui confrontent deux formes d’acteurs: d’un côté, ceux qui profiteraient de l’engouement pour le bio pour accroître leurs marges (grande distribution principalement) et, de l’autre, les consommateurs qui se feraient duper.
  • Enfin, les pratiques de contrôle mises en œuvre par les organismes de labellisation, qui soulèvent un certain scepticisme.
Baromètre de consommation et de perception des produits biologiques en France (Crédits : Agence BIO/Spirit Insight)

3. «Mon plaisir ne passe pas par le bio»

Le plaisir est un critère de choix prépondérant dans les achats alimentaires. Certains consommateurs occasionnels opposent des aliments bons, beaux et qu’ils peuvent manger quand ils en ont envie aux aliments bio, aux goûts différents, à l’aspect moins attirant et dont la production est soumise à des contraintes saisonnières.

4. «Je voudrais bien acheter bio mais je ne peux pas»

Certaines personnes expliquent leur faible consommation par des éléments indépendants de leur volonté: le manque de moyens financiers principalement ou le manque de temps pour cuisiner ou pour s’approvisionner.

5. «Je peux être en bonne santé autrement qu’en consommant bio»

Le bio peut permettre d’être en bonne santé, mais est-ce suffisant ? N’existe-t-il pas d’autres moyens de parvenir aux mêmes fins ? Le bénéfice santé du bio est ainsi neutralisé de deux manières. D’abord, manger bio ne suffirait pas. D’autres actions seraient nécessaires pour être en bonne santé comme manger équilibré ou faire du sport.
Ensuite, il serait possible de manger sainement, souvent à moindre coût, sans consommer bio. Comment ? Par l’achat de produits locaux. Et si le producteur est présent, personne qui inspire confiance de par sa proximité, c’est encore mieux!

Ces cinq discours sont souvent mobilisés simultanément et permettent de faire coexister la norme «bio: bon pour la santé» avec des comportements qui s’en éloignent en la rendant non applicable au contexte marchand actuel (discours 1 et 2), au contexte individuel (discours 3 et 4) et en évoquant un objectif, être en bonne santé, qu’ils peuvent atteindre autrement (discours 5).

Les principaux freins à la consommation plus régulière de bio. (Crédits : Agence Bio)
Le fétichisme du label bio ne suffit pas

Réduire l’utilisation de ces croyances neutralisatrices n’est pas chose aisée. Chercher à contrer l’une d’entre elles pourrait en effet amener les consommateurs à se réfugier derrière d’autres.

(…)

La question des canaux de communication à utiliser serait un élément clé dans la mesure où ces consommateurs ne sont pas en recherche active d’informations sur le sujet. De leur côté, les producteurs/fabricants auraient également tout intérêt à ne pas se reposer que sur le label bio. Le « fétichisme du label » semble bien moins marqué auprès des consommateurs occasionnels et non consommateurs.

Plusieurs recherches ont, par exemple, montré l’existence d’associations erronées entre « produit local et produit bon pour la santé » ou entre « produit transformé bio et produit moins calorique ».

La pétition en ligne ici
Auteur(s)
Aurélie Merle
Mathilde Piotrowski
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
La perception des produits bio semble faire consensus en France : 87% des personnes interrogées considèrent qu’ils contribuent à préserver l’environnement et 82% pensent qu’ils sont meilleurs pour la santé.
L’association mentale entre le bio et ses effets bénéfiques sur la santé existerait bien, mais serait questionnée dans le contexte marchand actuel.
Certaines personnes expliquent leur faible consommation par des éléments indépendants de leur volonté: le manque de moyens financiers principalement ou le manque de temps pour cuisiner ou pour s’approvisionner.
Montrer la complémentarité entre le bio et d’autres indicateurs du « bien manger » (le produit local, le circuit court, la vente directe et la qualité nutritionnelle) semblerait aussi un levier important pour lever les confusions dans l’esprit des consommateurs.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
Auteur(s)
Aurélie Merle
Mathilde Piotrowski
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
La perception des produits bio semble faire consensus en France : 87% des personnes interrogées considèrent qu’ils contribuent à préserver l’environnement et 82% pensent qu’ils sont meilleurs pour la santé.
L’association mentale entre le bio et ses effets bénéfiques sur la santé existerait bien, mais serait questionnée dans le contexte marchand actuel.
Certaines personnes expliquent leur faible consommation par des éléments indépendants de leur volonté: le manque de moyens financiers principalement ou le manque de temps pour cuisiner ou pour s’approvisionner.
Montrer la complémentarité entre le bio et d’autres indicateurs du « bien manger » (le produit local, le circuit court, la vente directe et la qualité nutritionnelle) semblerait aussi un levier important pour lever les confusions dans l’esprit des consommateurs.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires