Dimanche 18 Avril 2021

Actus et culture animalières

Version Beta 2.1

RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

Les défenseurs d'un cirque animalier étaient moins nombreux que les animalistes

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Synthèse
Article-source publié le
 28 juillet 2019
Contenu central
Les défenseurs du crique Muller, venus intimider la présidente de Paris Animaux Zoopolis, étaient tout au plus une dizaine d'individus. (Crédits : Twitter)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

C’est l’histoire d’une lutte faite d’intimidations et de coups bas. Depuis des mois, l’association Paris Animaux Zoopolis (PAZ), réclame au gouvernement une loi interdisant l’utilisation des animaux dans les cirques. 

C’est l’histoire d’une lutte faite d’intimidations et de coups bas. Depuis des mois, l’association Paris Animaux Zoopolis (PAZ), réclame au gouvernement une loi interdisant l’utilisation des animaux dans les cirques. 

En réponse, sa présidente Amandine Sanvisens reçoit régulièrement des menaces, des pressions. Et parfois pire. En juin, elle avait par exemple fait écouter à Konbini les messages laissés sur son répondeur. “Tu vas te retrouver handicapée toute ta vie”, lui lançait notamment un homme, directeur de cirque, contre qui elle a porté plainte. 

Ces derniers jours, cette opposition a pris un tour nouveau. Comme le rapportait Le Parisien, des défenseurs de la cause animale ont manifesté devant le site d’implantation temporaire du “Cirque franco-belge”, à Choisy-le-Roy, dans le Val-de-Marne.
En effet, si le chapiteau avait obtenu le droit de s’installer là, la direction du parc avaient exigé en retour qu’il n’y ait pas d’animaux. Ce qui n’a pas été tenu, déclenchant la mobilisation des animalistes.
En réponse, outré par le rassemblement des défenseurs des animaux, le patron du cirque, un certain Serge Muller, avait décidé d’organiser une manifestation pour défendre son activité.
Elle se tenait ce samedi 27 juillet à Paris, place de la Contrescarpe, dans le Ve arrondissement. Un lieu tout sauf choisi au hasard, puisqu’il se trouve à proximité de la pâtisserie Vegan Folie’s, où travaille justement… Amandine Sanvisens, la présidente de Paris Animaux Zoopolis. 

Pour les militants animalistes, il était donc clair que les circassiens cherchaient, comme depuis de longs mois, à intimider la jeune femme et à la viser directement par leur mobilisation. Ils ont donc décidé de se regrouper à la mi-journée, à l’heure prévue pour la manifestation des pro-cirques, pour montrer leur soutien à la dirigeante de PAZ. 

(…)

Face au slogan “Stop vegan, oui aux cirques avec animaux” qui s’affichait sur la banderole des cinq à dix militants pro-cirques, plusieurs dizaines de personnes sont donc venues à la pâtisserie pour montrer qu’ils refusent de céder aux menaces. 

Comme l’a noté un journaliste présent sur place, quelques policiers étaient également présents, pour éviter que des débordements n’aient lieu entre les deux camps. 

Brigitte Gothière, la porte-parole de l’association L214 faisait partie des militants de la cause animale présents devant la pâtisserie Vegan Folie’s. “On commence à voir qu’en face, ils commencent à réagir de façon extrêmement violente, alors que nous on est là de manière pacifiste”, a-t-elle expliqué à un autre défenseur des animaux, rappelant que des menaces de mort avaient été prononcées contre Amandine Sanvisens. “C’est hors de question de se laisser intimider.” 

Article indexé par Franck Isaac
Article traduit par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Crédits : Ariège Animaliste
Crédits : France 3 Occitanie
Auteur(s)
Paul Guyonnet
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
i le chapiteau avait obtenu le droit de s’installer là, la direction du parc avaient exigé en retour qu’il n’y ait pas d’animaux. Ce qui n’a pas été tenu, déclenchant la mobilisation des animalistes.
Pour les militants animalistes, il était donc clair que les circassiens cherchaient, comme depuis de longs mois, à intimider la jeune femme et à la viser directement par leur mobilisation.
Face au slogan “Stop vegan, oui aux cirques avec animaux” qui s’affichait sur la banderole des cinq à dix militants pro-cirques, plusieurs dizaines de personnes sont donc venues à la pâtisserie pour montrer qu’ils refusent de céder aux menaces. 
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
Auteur(s)
Paul Guyonnet
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
i le chapiteau avait obtenu le droit de s’installer là, la direction du parc avaient exigé en retour qu’il n’y ait pas d’animaux. Ce qui n’a pas été tenu, déclenchant la mobilisation des animalistes.
Pour les militants animalistes, il était donc clair que les circassiens cherchaient, comme depuis de longs mois, à intimider la jeune femme et à la viser directement par leur mobilisation.
Face au slogan “Stop vegan, oui aux cirques avec animaux” qui s’affichait sur la banderole des cinq à dix militants pro-cirques, plusieurs dizaines de personnes sont donc venues à la pâtisserie pour montrer qu’ils refusent de céder aux menaces. 
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires