|
|
|
Lundi 14 Juin 2021
Lundi 14 Juin 2021

Le média de la condition animale

Version Beta 2.1

Le commerce illégal d'animaux sauvages est aussi un enjeu de santé publique

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Analyse
Article-source publié le
 17 mars 2020
Extrait de l'article
Pangolin-en-cage
Le petit pangolin est le mammifère le plus braconné au monde, et ce braconnage insensé devient un enjeu de santé publique planétaire. (Crédits : Afrianto Silalahi / Barcroft Media)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Il y aura peu de positif à tirer du coronavirus. Mais la pandémie mondiale pourrait bien être un moment important dans les tentatives de lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages.

Il y aura peu de positif à tirer du coronavirus. Mais la pandémie mondiale pourrait bien être un moment important dans les tentatives de lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages.

Les médias se sont généralement concentrés sur les effets plutôt que sur les causes, en particulier sur les implications mondiales pour la santé publique et les économies.
Mais il est également vital de démêler la chronologie de la pandémie et de déterminer catégoriquement sa cause initiale.

Ce que nous savons à ce jour, c’est que l’épicentre de la maladie se trouvait dans la ville chinoise de Wuhan, une plaque tournante importante du commerce lucratif – légal et illégal – des espèces sauvages.
On pense que l’épidémie a pris naissance sur un marché où l’on trouve une grande variété de produits et de viandes d’origine animale, notamment des paons, des porcs-épics, des chauves-souris et des rats. C’est aussi un marché où les normes réglementaires et de bien-être sont au mieux rudimentaires.

Une partie de ce commerce est légale en vertu du droit national chinois, mais l’existence d’un commerce parallèle illégal – souvent au sein même du marché ou de l’étal – permet à certains commerçants de blanchir des produits illicites issus de la faune sauvage dans le système.
Cette situation est très difficile à réglementer et à contrôler

Mêmes causes, mêmes effets

Nous sommes également raisonnablement certains que la contagion a impliqué le passage du virus des animaux aux humains, comme ce fut le cas pour les contagions précédentes telles que le virus Ebola et le virus SARS.
Dans chacun de ces cas, l’existence de grands marchés d’animaux sauvages, insalubres et mal réglementés, a fourni un environnement idéal pour le croisement des maladies entre les espèces.
Dans un pays comme la Chine, où la consommation d’animaux sauvages est si profondément ancrée dans la culture, une telle contamination peut se propager rapidement, et c’est ce qui s’est produit.

Le gouvernement chinois préconise depuis longtemps une approche “d’utilisation durable” de la faune et de la flore du pays.
Il a néanmoins répondu à la crise actuelle en promulguant une interdiction temporaire de ces marchés, fermant ainsi un secteur important de son commerce intérieur d’animaux sauvages.

Biosécurité, santé publique et impact économique

À plus long terme, la pandémie pourrait donner l’impulsion nécessaire pour traiter correctement le problème.
En effet, alors que le commerce illégal d’espèces sauvages était autrefois critiqué presque uniquement en termes de conservation, il est désormais également envisagé en relation avec des thèmes plus larges de biosécurité, de santé publique et d’impact économique.

Ce n’est que dans le sillage de l’épidémie de COVID-19 que l’industrie chinoise prend toute son ampleur, l’interdiction temporaire couvrant quelque 20 000 entreprises d’élevage en captivité et 54 espèces différentes autorisées à être commercialisées sur le marché intérieur.
Un rapport de l’Académie chinoise d’ingénierie estime que l’industrie de l’élevage d’espèces sauvages représente environ 57 milliards de dollars américains par an. Ces centres d’élevage sont autorisés à fonctionner en vertu de lacunes dans la législation nationale chinoise, ce qui est sans doute contraire à l’esprit de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction.

Le commerce parallèle illégal est moins facile à quantifier, mais il est évalué par les Nations unies à environ 23 milliards de dollars.
Étant donné que la pandémie qui en résulte pourrait coûter jusqu’à 2 700 milliards de dollars, même pour des raisons purement économiques, il existe de solides arguments en faveur d’un renforcement de la réglementation.

Il existe des arguments convaincants en faveur du démantèlement du commerce de toute façon : les animaux sont gardés dans des conditions abjectes et le commerce accélère leur disparition dans la nature.
Mais en Chine, l’interdiction temporaire n’est que temporaire. Les détracteurs affirment que nous avons déjà connu le SRAS et qu’une fois que la poussière s’est retombée sur cette épidémie, la Chine a repris ses activités comme si de rien n’était.

Interdire le commerce et éducation publique

Que signifierait en pratique une lutte sérieuse contre le commerce des espèces sauvages ?
Premièrement, les centres d’élevage d’espèces menacées comme les tigres ou les pangolins seraient définitivement fermés. Il serait ainsi beaucoup plus difficile pour leurs produits d’être blanchis par des canaux légaux et vendus comme des “prises sauvages” de plus grande valeur.
Les organismes chargés de faire respecter la loi doivent actuellement surveiller étroitement ces centres pour vérifier qu’ils ne sont pas blanchis, et leur fermeture permettrait de libérer des ressources pour perturber l’approvisionnement en produits illégaux entrant en Chine depuis l’extérieur.

Une telle mesure contribuerait également à réduire la demande. Les campagnes d’éducation du public expliquent aux gens comment le commerce (légal et illégal) des espèces sauvages nuit aux espèces menacées, mais le message est mitigé : la présence d’un marché légal parallèle confère encore une légitimité à ces produits et envoie le message qu’il est normal de les acheter, ce qui augmente la demande au lieu de la réduire.

En tout état de cause, la nouvelle interdiction chinoise exclut des produits tels que les os de tigre qui sont utilisés dans les médecines traditionnelles. Certains écologistes et militants craignent que cette exemption ne conduise à une légalisation du commerce, en partant du principe qu’une meilleure réglementation protégera contre de futures épidémies. Cet argument est extrêmement difficile à valider et la plupart des écologistes continuent à être favorables à des interdictions générales de commerce.

Une autre inquiétude est que, les humains ayant la mémoire courte, une fois le danger passé, l’inquiétude du public se tournera vers le prochain grand problème.
Le COVID-19 représente clairement une occasion sans précédent de lutter contre le commerce des espèces sauvages et de veiller à ce que les maladies d’origine animale ne mutent pas et ne se transmettent pas à l’homme.
Mais seul le temps nous dira si cette opportunité sera saisie ou si elle sera à nouveau repoussée jusqu’à ce que l’émergence de la prochaine pandémie – peut-être encore plus virulente – constitue une menace mondiale encore plus grave.

Article indexé par Franck Isaac
Article traduit par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Auteur(s)
Simon Evans
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Traduit par
Canal Animal
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
Les médias se sont généralement concentrés sur les effets plutôt que sur les causes
l’existence de grands marchés d’animaux sauvages, insalubres et mal réglementés, a fourni un environnement idéal pour le croisement des maladies entre les espèces
Dans un pays comme la Chine, où la consommation d’animaux sauvages est si profondément ancrée dans la culture, une telle contamination peut se propager rapidement, et c’est ce qui s’est produit
Un rapport de l’Académie chinoise d’ingénierie estime que l’industrie de l’élevage d’espèces sauvages représente environ 57 milliards de dollars américains par an
Le commerce parallèle illégal est moins facile à quantifier, mais il est évalué par les Nations unies à environ 23 milliards de dollars
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
Auteur(s)
Simon Evans
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Traduit par
Canal Animal
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Les médias se sont généralement concentrés sur les effets plutôt que sur les causes
l’existence de grands marchés d’animaux sauvages, insalubres et mal réglementés, a fourni un environnement idéal pour le croisement des maladies entre les espèces
Dans un pays comme la Chine, où la consommation d’animaux sauvages est si profondément ancrée dans la culture, une telle contamination peut se propager rapidement, et c’est ce qui s’est produit
Un rapport de l’Académie chinoise d’ingénierie estime que l’industrie de l’élevage d’espèces sauvages représente environ 57 milliards de dollars américains par an
Le commerce parallèle illégal est moins facile à quantifier, mais il est évalué par les Nations unies à environ 23 milliards de dollars
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
0 0 votes
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires