Dimanche 29 Novembre 2020

Tout être doté d'une personnalité est une personne

Le Webcurateur d’actualités animalières
Tout être vivant doté d’une personnalité est une personne
Annuaires évènementiel & associatif animaliers
|
|
RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

Le chasseur torturait la renarde dans un clapier à lapin

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Compte-rendu
Article-source publié le
 11 décembre 2017
Contenu central
Renard endormi
(Crédits : Shingo_No)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

C’est une lettre anonyme, adressée à la Société protectrice des animaux (SPA) de Pontivy, qui a permis de découvrir une histoire peu ordinaire ayant pour cadre le jardin d’un habitant de Bréhan (56). 

Lu, ce lundi, devant le tribunal correctionnel de Vannes, ce courrier faisait raconter à une renarde le violent traitement qu’un chasseur lui faisait vivre depuis un mois, après l’avoir capturée blessée. Enfermé dans un clapier à lapin, sans recevoir d’alimentation, cet animal se disait ainsi « être soumis quotidiennement aux aboiements des neuf chiens du chasseur qui voulait ainsi les entraîner à traquer le gibier ». 

« Je n’avais montré cette renarde à personne. Je ne sais pas qui a pu écrire cette lettre », explique le prévenu, âgé de 23 ans, à la barre du tribunal à Vannes. « Sa présence excitait les chiens mais j’allais la relâcher. Je lui donnais à manger des croquettes et des détritus », se défend celui qui est chasseur depuis huit années.

Torturé puis sauvé

Mais la juge lui fait remarquer l’état de l’animal constaté par des agents de l’Office de la chasse : « Ses blessures n’avaient pas été soignées, elle pesait 3,9 kg alors que le poids moyen d’un animal de ce type est de 7 kg. La loi interdit de maintenir en captivité des animaux sauvages sans autorisation préfectorale »

L’Office national de la chasse et de la faune mais aussi la Ligue pour la protection des oiseaux, la Fondation Brigitte Bardot, l’association Volée de piafs et celle pour la Protection des animaux sauvages se sont constitués parties civiles et réclament au total 8.500 € de dommages. Leurs avocats dénoncent « une renarde stressée, aux dents cassées et présentant des traces de morsures. Il la détenait pour entraîner ses chiens de chasse ». 

Le ministère public a requis une peine de deux mois de prison avec sursis et une amende de 200 €. Le jugement sera rendu le 8 janvier. 

Sauvée après deux mois et demi de soins prodigués par l’association Volée de piafs qui l’a recueillie, la renarde a pu finalement être relâchée dans la nature.

La pétition en ligne ici
Auteur(s)
Patrick Certain
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
Ses blessures n’avaient pas été soignées, elle pesait 3,9 kg alors que le poids moyen d’un animal de ce type est de 7 kg
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires