Dimanche 18 Avril 2021

Actus et culture animalières

Version Beta 2.1

RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

L'Amérique du Nord aurait perdu 3 milliards d'oiseaux depuis 50 ans

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Synthèse
Article-source publié le
 19 septembre 2019
Contenu central
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Hirondelles, merles et passereaux pourraient bientôt disparaître du paysage américain, selon une dernière étude parue  dans la revue Science

Hirondelles, merles et passereaux pourraient bientôt disparaître du paysage américain, selon une dernière étude parue  dans la revue Science

Ce rapport, mené par des chercheurs nord-américains de l’université Cornell (New York), l’American Bird Conservancy et le Centre de recherches national de la faune du Canada, fait état d’un déclin de 2,9 milliards d’oiseaux en Amérique du Nord depuis les années 1970. Il montre que, outre les espèces en voie de disparition, les oiseaux communs considérés comme abondants subissent également une « disparition massive ».

Au total, 303 des 529 espèces étudiées par les chercheurs sont en déclin. Selon les auteurs, plus de 90 % de cette perte peut être attribuée à douze familles d’oiseaux, parmi lesquelles se trouvent les moineaux et les fauvettes.

(…)

Comme en Europe, la chute de l'avifaune nord-américaine est vertigineuse. (Crédits : Cornell University)
L'agriculture, premier coupable

A l’origine de ce déclin massif d’oiseaux, les chercheurs pointent du doigt certaines pratiques agricoles. 
« Nous ne quantifions pas, dans notre étude, les causes de la perte d’avifaune, explique Kenneth Rosenberg (NdCA : chercheur à l’université de Cornell et premier auteur de l’étude). Mais de nombreux rapports précédents ont montré que les principaux facteurs de déclin des oiseaux sont l’intensification agricole, la perte et la dégradation de l’habitat, et l’utilisation de pesticides et d’insecticides. » 
Selon l’étude, certaines espèces font face à de multiples menaces, en particulier les espèces migratrices. Les hirondelles en sont l’exemple : leur population américaine a diminué de 90 % depuis 1970.

Effet dominos

Selon les chercheurs, la disparition en cours des oiseaux est symptomatique de dégradations plus profondes de l’environnement. « Les oiseaux sont d’excellents indicateurs de la santé environnementale. Les reculs de population sévères chez les oiseaux communs, comme ceux montrés dans cette étude, nous disent que quelque chose ne va pas », souligne Nicole Michel, écologue pour la société nationale Audubon (équivalent de la Ligue de protection des oiseaux aux Etats-Unis).

En février, des chercheurs australiens avaient quantifié, pour la première fois, le déclin massif des insectes : selon leurs travaux, publiés dans la revue Biological Conservation, 40 % des espèces d’insectes seraient en déclin. Pour Kenneth Rosenberg :

« Cette diminution d’insectes a un impact sur les populations d’oiseaux insectivores dont la survie dépend directementEn outre, les oiseaux fournissent d’importants services écosystémiques, notamment en mangeant des pucerons nuisibles. Les oiseaux sont également des composants importants de la chaîne alimentaire – en tant que prédateurs et proies – et des disperseurs de graines. Le déclin de ceux-ci pourrait donc se répercuter dans tous les écosystèmes. »

(…)

Une bonne nouvelle ressort cependant de l’étude : certaines espèces, principalement les rapaces et les oiseaux nichant en milieux humides, ont vu leur population augmenter – jusqu’à 200 % pour certaines espèces. Pour le chercheur Kenneth Rosenberg :

« Le rétablissement de certaines espèces est dû principalement à des actions politiques de protectionPar exemple, l’interdiction du DDT a permis le rebond des populations de rapaces et la protection des milieux humides a permis aux canards et aux oies de s’épanouir. »

Comme la famille des moineaux ou des fauvettes, les effectifs de l'hirondelle seraient les plus durement touchées par cette disparition massive. (Crédits : Wikipédia)
Trump aggrave la situation

La société Audubon demande que soit renforcé le traité sur les oiseaux migrateurs (MBTA), en vigueur entre Etats-Unis et Canada

« Aujourd’hui, nous faisons face à un affaiblissement sans précédent de la loi qui pourrait entraîner des millions, voire des milliards de morts d’oiseaux dans les décennies à venir », dénonce la société dans un communiqué. 
Depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, les Etats-Unis ont modifié unilatéralement l’interprétation qu’ils font de ce traité, à l’avantage des industries.

Pour la société Audubon : « Concrètement, cela veut dire que les poursuites contre les entreprises américaines qui ne prennent pas les mesures nécessaires pour protéger les oiseaux migrateurs ne sont aujourd’hui presque plus possiblesLes sociétés pétrolières seraient ainsi les plus grands bénéficiaires de la nouvelle interprétation [par exemple en cas de marée noire]. »

Les scientifiques, de part et d’autre de l’Atlantique se rejoignent ainsi sur un point : « Cette étude est un cri d’alarme de plus, il est temps que ces études scientifiques soient prises en compte au niveau politique », affirme Vincent Bretagnolle.

Article indexé par Franck Isaac
Article traduit par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Crédits : Les Echos
Post-Scriptum

Dans les faits saillants de l’étude, on souligne que:

  • Les oiseaux des campagnes sont particulièrement touchés, avec une réduction de 53 % de la population (perte de plus de 720 millions d’oiseaux) depuis 1970.
  • Les oiseaux de rivage, dont la plupart fréquentent des habitats côtiers sensibles, déjà peu nombreux, ont perdu plus d’un tiers de leur population.
  • Le volume de la migration printanière, mesuré par radar dans le ciel nocturne, a chuté de 14 % au cours de la dernière décennie seulement.

(Source : Québec Science)

Auteur(s)
Clémentine Thiberge
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Meta-source
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
Ce rapport (…) fait état d’un déclin de 2,9 milliards d’oiseaux en Amérique du Nord depuis les années 1970.
Au total, 303 des 529 espèces étudiées par les chercheurs sont en déclin.
de nombreux rapports précédents ont montré que les principaux facteurs de déclin des oiseaux sont l’intensification agricole, la perte et la dégradation de l’habitat, et l’utilisation de pesticides et d’insecticides.
« Les oiseaux sont d’excellents indicateurs de la santé environnementale. Les reculs de population sévères chez les oiseaux communs, comme ceux montrés dans cette étude, nous disent que quelque chose ne va pas »
« Concrètement, cela veut dire que les poursuites contre les entreprises américaines qui ne prennent pas les mesures nécessaires pour protéger les oiseaux migrateurs ne sont aujourd’hui presque plus possibles. »
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
Auteur(s)
Clémentine Thiberge
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Meta-source
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Ce rapport (…) fait état d’un déclin de 2,9 milliards d’oiseaux en Amérique du Nord depuis les années 1970.
Au total, 303 des 529 espèces étudiées par les chercheurs sont en déclin.
de nombreux rapports précédents ont montré que les principaux facteurs de déclin des oiseaux sont l’intensification agricole, la perte et la dégradation de l’habitat, et l’utilisation de pesticides et d’insecticides.
« Les oiseaux sont d’excellents indicateurs de la santé environnementale. Les reculs de population sévères chez les oiseaux communs, comme ceux montrés dans cette étude, nous disent que quelque chose ne va pas »
« Concrètement, cela veut dire que les poursuites contre les entreprises américaines qui ne prennent pas les mesures nécessaires pour protéger les oiseaux migrateurs ne sont aujourd’hui presque plus possibles. »
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires