Dimanche 18 Avril 2021

Actus et culture animalières

Version Beta 2.1

RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

La belle idée d'un Irlandais de 18 ans pour nettoyer les eaux de ses microplastiques

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Synthèse
Article-source publié le
 1er janvier 2020
Contenu central
Fion Ferreira et son trophée de la Google Science Fair pour son idée du "ferrofluide". (Crédits : Google)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Fionn Ferreira incarne l’ingéniosité et la créativité dont fait aujourd’hui preuve la jeune génération pour répondre aux problèmes complexes hérités de ses aïeux.

Fionn Ferreira incarne l’ingéniosité et la créativité dont fait aujourd’hui preuve la jeune génération pour répondre aux problèmes complexes hérités de ses aïeux.

Fionn a grandi à Ballydehob, un petit village côtier situé à l’extrémité ouest du Comté de Cork, dans le sud-ouest de l’Irlande.
Cette côte très  découpée est une véritable porte sur l’Océan Atlantique que l’on pourrait croire sauvage et préservée… sauf que, Fionn le sait bien : les jolies  plages de sa région sont régulièrement souillées par des déchets en plastique.

Et s’il est facile de ramasser les gros, ceux qu’on appelle les « macroplastiques », comme les bouteilles, les morceaux de cagette ou les sacs, il est beaucoup plus compliqué de capter les « microplastiques » qui mesurent entre 5 millimètres et quelques nanomètres.

(…)

Jusqu'à 88% de microplastiques en moins

Concrètement, [Fionn] prend un échantillon contenant de l’eau et des microplastiques. Il y rajoute de l’huile végétale, pour attirer les microplastiques, puis de la poudre de magnétite.
C’est le mélange de l’huile et de la magnétite qui forme ce qu’on appelle un ferrofluide et qui va pouvoir ensuite être capté avec un aimant.

Fionn a fait plus de mille tests où il faisait varier la quantité d’huile, de magnétite, ou encore le type de microplastiques. Comme il habite dans un petit village très excentré sans accès à un laboratoire universitaire, il a dû faire preuve d’une grande créativité  pour monter ses expérimentations avec les moyens du bord : il prétend qu’avec la recette qu’il a conçue, il parvient à retirer jusqu’à 88% des microplastiques de ses échantillons.

En juillet dernier, il a remporté le prix de la Google Science Fair, et une bourse de 50 000 dollars pour poursuivre ses recherches afin de trouver un moyen d’appliquer sa technique à grande échelle, dans l’océan ! En attendant, rappelons-nous que le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas !

Article indexé par Franck Isaac
Article traduit par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Crédits : The SeaCleaners
Auteur(s)
Emmmanuel Moreau
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
il est beaucoup plus compliqué de capter les « microplastiques » qui mesurent entre 5 millimètres et quelques nanomètres.
C’est le mélange de l’huile et de la magnétite qui forme ce qu’on appelle un ferrofluide et qui va pouvoir ensuite être capté avec un aimant.
il prétend qu’avec la recette qu’il a conçue, il parvient à retirer jusqu’à 88% des microplastiques de ses échantillons.
En juillet dernier, il a remporté le prix de la Google Science Fair, et une bourse de 50 000 dollars pour poursuivre ses recherches
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
Auteur(s)
Emmmanuel Moreau
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
il est beaucoup plus compliqué de capter les « microplastiques » qui mesurent entre 5 millimètres et quelques nanomètres.
C’est le mélange de l’huile et de la magnétite qui forme ce qu’on appelle un ferrofluide et qui va pouvoir ensuite être capté avec un aimant.
il prétend qu’avec la recette qu’il a conçue, il parvient à retirer jusqu’à 88% des microplastiques de ses échantillons.
En juillet dernier, il a remporté le prix de la Google Science Fair, et une bourse de 50 000 dollars pour poursuivre ses recherches
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires