Dimanche 18 Avril 2021

Actus et culture animalières

Version Beta 2.1

RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

Interspecies ou le rêve d'une communication inter-espèces

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Synthèse
Article-source publié le
 30 juillet 2019
Contenu central
Peter Gabriel présente le projet Interspecies lors d'un TED en 2013. (Crédits : TED / Peter Gabriel)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Il y a dix-huit ans, Peter Gabriel (oui, celui auquel vous pensez) fait une expérience qui change profondément sa vie: en visite dans un centre pour primates à Atlanta, il improvise un bœuf musical au piano avec deux bonobos, Kanzi et Panbanisha.

Il y a dix-huit ans, Peter Gabriel (oui, celui auquel vous pensez) fait une expérience qui change profondément sa vie: en visite dans un centre pour primates à Atlanta, il improvise un bœuf musical au piano avec deux bonobos, Kanzi et Panbanisha.

Les animaux n’ont jamais touché d’instrument mais ils comprennent instinctivement le langage musical. Impressionné par ce qu’il a vu, Gabriel finit par monter une équipe mue par un rêve un peu dingue: inventer un système de communication électronique inter-espèces.

En 2013, le projet Interspecies Internet se dévoile au monde lors d’une conférence TED.

(…)

Techniquement, l’Interspecies Internet est une gigantesque montagne à gravir.
S’il existait, le système idéal serait non seulement une pierre de Rosette du langage animal, mais également une interface de communication adaptée à chaque espèce (puisqu’un dauphin, si doué soit-il, ne pourra pas utiliser les mêmes outils qu’un singe). La tâche semblait jusqu’alors inatteignable mais l’évolution des algorithmes de reconnaissance du langage naturel (NLP) et des interfaces de communication la rendent désormais envisageable.

Pour y parvenir, l’équipe de recherche développe plusieurs axes de travail. Des interfaces classiques, comme FaceTime ou Skypefonctionnent déjà partiellement chez les orangs-outans, même s’ils passent plus de temps à jouer qu’à discuter. Les dauphins ont eux aussi leur écran tactile, mis au point en 2017.
Côté logiciel, l’Earth Species Project met à profit le deep learning non supervisé pour décoder les sons des baleines, dauphins, primates et autres animaux.
De leur côté, des primatologues creusent l’idée de former des singes dans un environnement humain, comme c’est déjà le cas concernant Kanzi, pour servir de traducteur inter-espèce.

Les pistes ne manquent pas. L’Interspecies Internet avance au rythme de la recherche et de l’innovation.
Bien que les enjeux techniques, scientifiques et philosophiques soient colossaux, c’est un autre aspect qui motive Jeremy Coller, le millionnaire américain dont la fondation finance majoritairement l’initiative : celui de la protection animale. Car le jour où nous pourrons parler au bétail, argue-t-il, il nous deviendra beaucoup plus difficile de le manger.

Article indexé par Franck Isaac
Article traduit par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Activer les sous-titres
Crédits : TED
Crédits : Kanzi Wamba
Auteur(s)
Thibault Prévost
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Meta-source
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
Techniquement, l’Interspecies Internet est une gigantesque montagne à gravir. S’il existait, le système idéal serait non seulement une pierre de Rosette du langage animal, mais également une interface de communication adaptée à chaque espèce
Des interfaces classiques, comme FaceTime ou Skype, fonctionnent déjà partiellement chez les orangs-outans, même s’ils passent plus de temps à jouer qu’à discuter. Les dauphins ont eux aussi leur écran tactile, mis au point en 2017.
Côté logiciel, l’Earth Species Project met à profit le deep learning non supervisé pour décoder les sons des baleines, dauphins, primates et autres animaux.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
Auteur(s)
Thibault Prévost
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Meta-source
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Techniquement, l’Interspecies Internet est une gigantesque montagne à gravir. S’il existait, le système idéal serait non seulement une pierre de Rosette du langage animal, mais également une interface de communication adaptée à chaque espèce
Des interfaces classiques, comme FaceTime ou Skype, fonctionnent déjà partiellement chez les orangs-outans, même s’ils passent plus de temps à jouer qu’à discuter. Les dauphins ont eux aussi leur écran tactile, mis au point en 2017.
Côté logiciel, l’Earth Species Project met à profit le deep learning non supervisé pour décoder les sons des baleines, dauphins, primates et autres animaux.
Jeremy Coller (né le 17 mai 1958) est un homme d'affaires et un philanthrope britannique. Il est le fondateur, le directeur des investissements et le président de Coller Capital. Il est président de la Fondation Jeremy Coller, son organisation pour les activités philanthropiques. Il est vice-président de l'université de Tel-Aviv et membre du conseil consultatif de la Coller School of Management de l'université. Il est membre du conseil consultatif de The Elders, l'ONG internationale pour la paix et les droits de l'homme fondée par Nelson Mandela. Sa fondation lance l'Initiative FAIRR (Farm Animal Investment Risk & Return), un réseau d'investisseurs collaboratifs qui sensibilise aux risques et opportunités matériels causés par la production animale intensive. FAIRR estime que la production animale intensive présente des risques matériels pour le système financier mondial et entrave le développement durable. La Fondation cherche aussi à mettre en lumière les impacts de l'élevage industriel sur le bien-être des animaux. Alors que les consommateurs s'inquiètent de plus en plus de la manière dont les animaux sont traités lors de la production de viande, de produits laitiers ou d'œufs, le bien-être des animaux d'élevage gagne également en importance pour les investisseurs dans l'industrie alimentaire. Des normes de bien-être plus élevées sont non seulement importantes pour répondre aux attentes des consommateurs, mais peuvent également avoir un effet bénéfique sur l'efficacité, la rentabilité et la valeur marchande à long terme des entreprises lorsque les risques sanitaires sont pris en compte. (Source : Wikipédia) (Crédits : intentionalendowments.org)
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires