|
|
|
Jeudi 23 Septembre 2021
Jeudi 23 Septembre 2021

Média participatif sur la condition animale

Version Beta 2.1

Média participatif sur la condition animale

Des singes décèdent après une tentative chinoise d'humaniser génétiquement leur cerveau

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Synthèse
Article-source publié le
 27 septembre 2019
Extrait de l'article
Les macaques rhésus sont faciles à élever en captivité, et sont donc l'un des primates les plus utilisés en laboratoire. (Crédits : Primates Incorporated)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Dans une étude publiée par le Beijing’s National Science Review, la revue d’État de l’Académie chinoise des sciences, on apprend que les scientifiques ont inséré le gène humain MCPH1 dans 11 embryons de singes par un virus qui a transporté le gène au cerveau des singes.

Dans une étude publiée par le Beijing’s National Science Review, la revue d’État de l’Académie chinoise des sciences, on apprend que les scientifiques ont inséré le gène humain MCPH1 dans 11 embryons de singes par un virus qui a transporté le gène au cerveau des singes.

Parmi les 11 macaques rhésus utilisés dans l’expérience MCPH1, un gène lié au développement du cerveau, six sont morts.

« L’utilisation de singes transgéniques pour étudier les gènes humains liés à l’évolution du cerveau est une voie très risquée », a déclaré James Sikela, un généticien travaillant avec des primates à l’université du Colorado, au magazine américain MIT Technology Review.

L’expérience, selon l’équipe scientifique chinoise, était une tentative de comprendre le processus évolutif qui a conduit à l’intelligence humaine. Les chercheurs croient que le gène MCPH1 pourrait fournir une partie de la réponse.

Les scientifiques ont effectué une série de tests sur les singes transgéniques, y compris des IRM et des tests de mémoire, qui ont montré que les singes avaient une meilleure mémoire à court terme et des temps de réaction plus rapides que le groupe témoin. Leur cerveau a également mis plus de temps à se développer, comme c’est le cas chez les humains.

(…)

Dans une entrevue par courriel avec Vox, Barbara J. King, professeure émérite d’anthropologie au William and Mary College, a déclaré que la justification de l’expérience était erronée.
« Un plus grand nombre de singes génétiquement modifiés – six – sont morts par rapport à ceux qui ont vécu, de sorte que dès le début, nous constatons que l’intervention est souvent mortelle », a constaté Mme King.

Ce genre d’expérience est « un cauchemar éthique », a-t-elle ajouté. « Les coûts sont terriblement élevés et les avantages pour l’humanité sont presque nuls ; il est de plus en plus reconnu que les modèles animaux ne fonctionnent tout simplement pas bien pour étudier les processus humains complexes », a précisé Mme King. 
« De quel droit soumettons-nous ces primates à de telles procédures grotesques ? »

Article indexé par Franck Isaac
Article traduit par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Auteur(s)
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
L’expérience, selon l’équipe scientifique chinoise, était une tentative de comprendre le processus évolutif qui a conduit à l’intelligence humaine.
les singes avaient une meilleure mémoire à court terme et des temps de réaction plus rapides que le groupe témoin. Leur cerveau a également mis plus de temps à se développer, comme c’est le cas chez les humains.
Un plus grand nombre de singes génétiquement modifiés – six – sont morts par rapport à ceux qui ont vécu
il est de plus en plus reconnu que les modèles animaux ne fonctionnent tout simplement pas bien pour étudier les processus humains complexes
Auteur(s)
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
L’expérience, selon l’équipe scientifique chinoise, était une tentative de comprendre le processus évolutif qui a conduit à l’intelligence humaine.
les singes avaient une meilleure mémoire à court terme et des temps de réaction plus rapides que le groupe témoin. Leur cerveau a également mis plus de temps à se développer, comme c’est le cas chez les humains.
Un plus grand nombre de singes génétiquement modifiés – six – sont morts par rapport à ceux qui ont vécu
il est de plus en plus reconnu que les modèles animaux ne fonctionnent tout simplement pas bien pour étudier les processus humains complexes

Laisser un commentaire