Le média d'informations et de culture animalière

Vendredi 26 Février 2021

Le média d'informations et de culture animalière

Engageons-nous pour
une information complète sur
la zoodiversité et la cause animale

RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

De braconniers à protecteurs de tortues

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Reportage
Article-source publié le
 7 février 2019
Contenu central
(Crédits : Fondation Ensemble)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Grand-Béréby (Côte d’Ivoire)

Au petit matin, le soleil majestueux passe la ligne d’horizon puis s’élève au-dessus de la brume avant d’illuminer la côte sauvage du sud-ouest ivoirien. Dans le creux de la baie de Tabaoulé, à quelques minutes de piste de Grand-Béréby, entre l’océan bleu roi et la végétation dense de la forêt, trois hommes marchent d’un pas fatigué sur la plage dorée par la lumière.

Toute la nuit, Clément, Jérémy et Willy ont arpenté le sable sur des kilomètres pour surveiller les éventuelles pontes et naissances de tortues afin de les protéger des braconniers.
Cette nuit-là, aucun reptile n’est venu pondre dans la zone, mais à quelques centaines de mètres, ils ont assisté à un spectacle beaucoup plus grandiose. J’ai retrouvé ces bébés tortues olivâtres ce matin dans leur nid, raconte Willy. Il y en avait une centaine au départ, celles-ci sont les retardataires, on va les aider à aller dans l’eau.»

Dans leur seau très abimé, une trentaine de bébés grands comme la paume de la main se débattent dans le vide et tentent de comprendre ce qui leur arrive. Les trois gardiens de tortues ont décidé de les libérer ici, près de ces rochers, à l’abri des prédateurs. «Où elles sont nées, c’est vrai, la plage est belle, mais il n’y a pas assez de cailloux où se cacher. On les emmène ici, comme ça, elles peuvent échapper aux carpes et aux requins dans l’eau. Nous, on les protège des crabes, des oiseaux et des serpents sur la plage.»
Mais ça n’a pas toujours été comme ça.

Changer de regard

Il y a encore quelques années à Grand-Béréby, les œufs et les tortues étaient régulièrement chassés puis mangés par l’homme. Clément et Jérémy étaient même les braconniers les plus réputés de la région. «Avant, je les tuais la nuit à la machette avec l’aide de mes chiens. Je vendais cinq à six tortues olivâtres par jour et je pouvais en récolter l’équivalent de 12 euros.» Dans tous les villages de la côte, les tortues étaient appréciées comme une viande onctueuse et nourrissante.

(…)

Quand l’ONG CEM (Conservation des espèces marines) est arrivée en 2010, elle a donc proposé un petit salaire aux braconniers pour protéger les reptiles. Une quinzaine de jeunes des villages alentour ont accepté cette reconversion. Formés à leur suivi et leur protection, Clément et Jérémy ont ainsi complètement changé leur regard sur l’animal. « Aujourd’hui, la tortue est devenue ma sœur parce que j’ai commencé avant tout le monde », assure Clément avec sérieux.

Autre mission pour l’ONG : éradiquer le braconnage. « Il a fallu convaincre les 5.000 habitants de la côte. On est allé dans chaque village et les chefs nous ont demandé une contrepartie. Impossible pour nous de leur donner de l’argent, ils auraient tout gardé pour eux. On leur a donc proposé des petits systèmes pour se développer : château d’eau solaire, panneaux solaires, réhabilitation d’une école primaire… » explique José Gomez, président de CEM.

(…)

Plus de 1.000 tortues sont ainsi protégées chaque année et plus de 50.000 petites tortues naissent en Côte d’Ivoire grâce à ces travaux. Mais la nature est cruelle, seuls 3 à 5 % des bébés atteignent l’âge adulte, selon l’ONG.

Mieux connaître pour mieux protéger

Dans ce combat contre le braconnage, la police maritime joue également son rôle. Elle surveille les eaux de la région et traque les braconniers dans le but d’éradiquer la pêche illégale de tortues.

(…)

Faute de moyens, les six agents de la côte n’ont pas encore de bateau pour contrôler la pêche illégale en mer. Sur la plage, les agents ne punissent pas mais sensibilisent. « Si on voit une tortue, on demande de la relâcher. Généralement, les pêcheurs obéissent. En contrepartie, l’ONG leur accorde des filets de pêche neufs. »

À deux pas de là, à Grand-Béréby, la station balnéaire de la zone, quatre plongeurs sortent de la mer tels des héros. Dans leurs bras, une tortue juvénile, pêchée à quelques kilomètres du large, agite ses pattes. « Quand on a vu la tortue sortir des rochers, on l’a entourée à la surface, elle a paniqué un peu, puis on est descendus pour la prendre… sans la brutaliser, hein ! » explique Léonard, le chef des plongeurs de Grand-Béréby.

Prénommée « Bonheur », cette tortue verte va passer quelques heures dans une bassine pour y subir plusieurs tests. L’intérêt est double : faire le point sur la santé de cette espèce menacée puis lui poser une balise GPS pour mieux connaître sa vie en mer, sa nourriture, les menaces qu’elle subit et ses migrations.
« On ne sait presque rien de leur vie quand les tortues sont dans l’eau, elles passent 99 % de leur temps en mer mais elles y sont très difficiles à étudier », dit Angela Formia, biologiste italienne spécialiste des tortues marines, venue spécialement du Gabon, où elle travaille, pour faire un état des lieux de la situation.

Toutes ces données permettront à la scientifique de dessiner la zone idéale de protection des espèces. À terme, l’ONG CEM et le ministère de l’Environnement ivoirien aimeraient faire de la plus grande zone de ponte de tortues du pays une aire marine protégée à part entière. « Si on sait qu’il y a une zone de pêche dans le même endroit où on a vu une haute densité de tortues, on peut avoir une idée des menaces et donc dessiner le périmètre à protéger », explique la biologiste.

À la nuit tombée, Bonheur est enfin relâchée, non loin du lieu où elle a été pêchée pour éviter toute perte de repères. Et comme le montre la carte générée par la balise, après trois semaines d’expérience, Bonheur ne s’est pas aventurée bien loin. Signe sans doute qu’il fait désormais bon être une tortue à Grand-Béréby.

Article indexé par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Auteur(s)
Youenn Gourlay
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
Quand l’ONG CEM (Conservation des espèces marines) est arrivée en 2010, elle a donc proposé un petit salaire aux braconniers pour protéger les reptiles. Une quinzaine de jeunes des villages alentour ont accepté cette reconversion.
Autre mission pour l’ONG : éradiquer le braconnage. « Il a fallu convaincre les 5.000 habitants de la côte.
Plus de 1.000 tortues sont ainsi protégées chaque année et plus de 50.000 petites tortues naissent en Côte d’Ivoire grâce à ces travaux.
À terme, l’ONG CEM et le ministère de l’Environnement ivoirien aimeraient faire de la plus grande zone de ponte de tortues du pays une aire marine protégée à part entière.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
Auteur(s)
Youenn Gourlay
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Quand l’ONG CEM (Conservation des espèces marines) est arrivée en 2010, elle a donc proposé un petit salaire aux braconniers pour protéger les reptiles. Une quinzaine de jeunes des villages alentour ont accepté cette reconversion.
Autre mission pour l’ONG : éradiquer le braconnage. « Il a fallu convaincre les 5.000 habitants de la côte.
Plus de 1.000 tortues sont ainsi protégées chaque année et plus de 50.000 petites tortues naissent en Côte d’Ivoire grâce à ces travaux.
À terme, l’ONG CEM et le ministère de l’Environnement ivoirien aimeraient faire de la plus grande zone de ponte de tortues du pays une aire marine protégée à part entière.
RECHERCHE PAR ÉTIQUETTES
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Élections Décrets Animalistes Empathies Bioéducation Mutualismes Conversions Spiritualités Le PointEuropéennes 2019 : Pour ses 2eme élections, le Parti Animaliste double son score de 2017 Europe 1En Côte-d’Or, on construit un abattoir mobile pour tuer le bétail avec « respect et calme » Youenn Gourlay pour ReporterreDe braconniers à protecteurs de tortues […]

[…] De braconniers à protecteurs de tortuesS’attaquer à la pauvreté locale est un premier pas important dans la lutte contre le braconnage Au moins 150 kg de viande avariée polonaise vendue en France Entretien autour de « l’humanité carnivore » La viande, ce nouvel objet philosophique (GF) Les boucheries dérangées par des dizaines d’actions Antispécistes […]

[…] Élections Décrets Animalistes Empathies Bioéducation Mutualismes Conversions Spiritualités Franck IsaacEuropéennes 2019 : Pour ses 2eme élections, le Parti Animaliste double son score de 2017 Franck IsaacEn Côte-d’Or, on construit un abattoir mobile pour tuer le bétail avec « respect et calme » Franck IsaacDe braconniers à protecteurs de tortues […]