Dimanche 18 Avril 2021

Actus et culture animalières

Version Beta 2.1

RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

Au Danemark, on aime toujours autant massacrer sauvagement des dauphins

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Synthèse
Article-source publié le
 2 mai 2019
Contenu central
Toutes les traditions ne sont pas bonnes à perpétuer. (Crédits : Rex Features)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Dans les îles Féroé, les habitants continuent de massacrer des cétacés pour perpétuer la tradition qu’ils appellent “Grindadrap”.

(…)

Dans les îles Féroé, les habitants continuent de massacrer des cétacés pour perpétuer la tradition qu’ils appellent “Grindadrap”.

(…)

Le “Grindadrap” est une coutume qui consiste à chasser et tuer des familles de cétacés. Le terme “Grindadrap” signifie littéralement “la mise à mort des baleines”.

Cette pratique remonterait à l’époque des Vikings mais les preuves de son existence remonte, elle, au XVI ème siècle. En effet, le registre qui codifie la pratique, date de 1709. Ce dernier est aujourd’hui exposé au Musée d’Histoire naturelle les îles Féroé.

Cette chasse ancestrale tue chaque année des centaines de globicéphale noir, une espèce de dauphins. Elle tue également des dauphins à flancs blanc et des grands dauphins qui s’aventurent dans l’archipel danois.

Après avoir repéré les cétacés et les avoir conduit vers les plages; place à l’abattage. Les habitants hissent les animaux avec des crochets et les abattent avec des couteaux.

Les enfants sont "éduqués" en participant largement aux "festivités". (Crédits : Sea Sheperd)
Une coutume devenue divertissement

A l’époque, cette coutume avait pour but premier de nourrir la population. Aujourd’hui la viande n’étant pas consommée, le “Grindadrap” fait principalement office de divertissement. (NdCA : La consommation de viande existe encore mais est fortement déconseillée – Voir commentaire ci-dessous).

Désormais, les Féringiens utilisent des bateaux rapides et modernes qui augmentent le nombre d’animaux chassés. Le globicéphale se trouve désormais confronté à la surpêche et à la pollution de son milieu naturel à savoir les océans.

De plus, les baleines pilotes sont classées « strictement protégées » par la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe (Convention de Berne). En effet, elles sont sur la liste des espèces menacées de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction.

Sea Shepherd est une des nombreuses organisations qui s’opposent au Grindadrap. Ces organisations ont tenté de faire changer les choses. Cependant, la chasse est toujours effectuée.

Article indexé par Franck Isaac
Article traduit par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Cette vidéo comporte des images difficiles
Crédits : Sur le Front / Hugo Clément
Cette vidéo comporte des images difficiles
Crédits : Les observateurs de France 24
Post-Scriptum

D’après un autre article plus détaillé,, il y a bien distribution non commerciale de la viande de dauphins aux populations locales. 
Or, la consommation de cette viande est fortement déconseillée par les services sanitaires des Iles Féroé. La pollution des eaux par les activités industrielles a, en effet, largement contaminé ses habitants. La viande des dauphins-pilotes présente une très haute teneur en mercure et en polluants organiques persistants (POP). Selon plusieurs études, ces substances affecteraient négativement le développement intellectuel et neurologique des humains, et affaibliraient leur système immunitaire.
Après une étude entamée en 1986 sur des centaines d’enfants, Pál Weihe avait d’abord recommandé en 1998 de limiter la consommation de viande de dauphin-pilote à un ou deux repas par mois, avec abstention complète pour les femmes enceintes ou projetant de l’être. Puis la nocivité ayant été scientifiquement prouvée, cette recommandation a été étendue à l’ensemble de la population féroïenne. Aussi, depuis 2008, les autorités de la santé publique de l’archipel ont fermement pris position contre les repas de dauphins-pilotes – sans se prononcer pour autant sur le grindadráp. (Source : LCI)

Auteur(s)
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
Le “Grindadrap” est une coutume qui consiste à chasser et tuer des familles de cétacés. Le terme “Grindadrap” signifie littéralement “la mise à mort des baleines”.
Cette chasse ancestrale tue chaque année des centaines de globicéphale noir, une espèce de dauphins. Elle tue également des dauphins à flancs blanc et des grands dauphins qui s’aventurent dans l’archipel danois.
Les habitants hissent les animaux avec des crochets et les abattent avec des couteaux.
Aujourd’hui la viande n’étant pas consommée, le “Grindadrap” fait principalement office de divertissement.
Le globicéphale se trouve désormais confronté à la surpêche et à la pollution de son milieu naturel à savoir les océans.
Auteur(s)
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Le “Grindadrap” est une coutume qui consiste à chasser et tuer des familles de cétacés. Le terme “Grindadrap” signifie littéralement “la mise à mort des baleines”.
Cette chasse ancestrale tue chaque année des centaines de globicéphale noir, une espèce de dauphins. Elle tue également des dauphins à flancs blanc et des grands dauphins qui s’aventurent dans l’archipel danois.
Les habitants hissent les animaux avec des crochets et les abattent avec des couteaux.
Aujourd’hui la viande n’étant pas consommée, le “Grindadrap” fait principalement office de divertissement.
Le globicéphale se trouve désormais confronté à la surpêche et à la pollution de son milieu naturel à savoir les océans.
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires