Dimanche 18 Avril 2021

Actus et culture animalières

Version Beta 2.1

RÉPERTOIRES
ARCHIVAGES
HALLS
THÈMES
FORMAT
RÉACTIONS
NOUS AIDER

Au Costa Rica, un chien maltraité comparaît au tribunal en qualité de victime

Ce contenu est, implicitement ou non, plutôt défavorable au changement de statut des animaux en tant qu’êtres soumis aux caprices de la brutalité humaine.
Contenu issu d’un livre, d’une revue, d’un magazine
Podcast, ou contenu audio
GF
Grand Format
Synthèse
Article-source publié le
 24 juillet 2019
Contenu central
Campeon est le premier chien en Amérique Latine a assister à son procès comme victime. (Crédits : Ezequiel Becerra / AFP)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Campeon (Champion, en espagnol) est un gentil chien de deux ans qui a attiré les regards et l’attention de la presse au Costa Rica.

Campeon (Champion, en espagnol) est un gentil chien de deux ans qui a attiré les regards et l’attention de la presse au Costa Rica.

Si en Espagne et aux États-Unis, des cas d’animaux domestiques ayant pu assister à un procès en qualité de victime ont déjà été recensés, celui concernant Campeon était inédit en Amérique du Sud. (…) 

Fin 2017, le chien était attaché à une corde qui s’enfonçait alors profondément dans sa chair, au niveau du cou. Couvert de puces, il était également très amaigri car souffrant de malnutrition.
À l’audience, qui s’est tenue lundi, la présidente d’une fondation dédiée aux animaux abandonnés a indiqué qu’elle avait été avertie par une vidéo envoyée par l’un des frères de la maîtresse de celui qui ne s’appelait pas encore Campeon.
Dora Castro l’avait alors pris sous sa protection, et un vétérinaire avait dû lui prodiguer des soins pendant vingt jours. Au mois de janvier 2018, elle portait plainte.

Désormais totalement remis, Campeon ne peut toutefois plus supporter de lien autour de son cou. C’est donc à l’aide d’un harnais qu’il est promené.
Dans ce pays, la loi prévoit des peines allant de six mois à trois ans d’emprisonnement pour mauvais traitements ayant entraîné la mort d’un animal, et de six mois à deux ans pour des actes de cruauté et 20 à 50 jours-amendes pour de mauvais traitements estimés moins graves. L’audience reprendra vendredi.

Article indexé par Franck Isaac
Article traduit par Franck Isaac
La pétition en ligne ici
Crédits : AFP News Agency (EN)
Post-Scriptum

L’ex-maîtresse de Campeon a a été acquittée vendredi par le tribunal d’Atenas, faute d’avoir pu prouver qu’elle était l’auteure des mauvais traitements, a-t-on appris de source judiciaire.
Sans nier la réalité des mauvais traitements subis en novembre 2017 par l’animal, le juge Mario Rodriguez a constaté qu’il lui était impossible de les imputer formellement à l’accusée. 
En effet, le frère de celle-ci, qui avait alerté la Fondation d’Atenas d’aide aux animaux abandonnés, a refusé de comparaître devant le tribunal pour y livrer son témoignage, qui aurait sans doute été déterminant, selon l’accusation. (Source : Ouest-France)

Auteur(s)
Jerôme Karlen
Auteur(s) de l'oeuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Morceaux choisis
Si en Espagne et aux États-Unis, des cas d’animaux domestiques ayant pu assister à un procès en qualité de victime ont déjà été recensés, celui concernant Campeon était inédit en Amérique du Sud.
Fin 2017, le chien était attaché à une corde qui s’enfonçait alors profondément dans sa chair, au niveau du cou. Couvert de puces, il était également très amaigri car souffrant de malnutrition.
Dans ce pays, la loi prévoit des peines allant de six mois à trois ans d’emprisonnement pour mauvais traitements ayant entraîné la mort d’un animal, et de six mois à deux ans pour des actes de cruauté et 20 à 50 jours-amendes pour de mauvais traitements estimés moins graves.
Auteur(s)
Jerôme Karlen
Auteur(s) de l'œuvre
Publication complète
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont composés / sélectionnés par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
Si en Espagne et aux États-Unis, des cas d’animaux domestiques ayant pu assister à un procès en qualité de victime ont déjà été recensés, celui concernant Campeon était inédit en Amérique du Sud.
Fin 2017, le chien était attaché à une corde qui s’enfonçait alors profondément dans sa chair, au niveau du cou. Couvert de puces, il était également très amaigri car souffrant de malnutrition.
Dans ce pays, la loi prévoit des peines allant de six mois à trois ans d’emprisonnement pour mauvais traitements ayant entraîné la mort d’un animal, et de six mois à deux ans pour des actes de cruauté et 20 à 50 jours-amendes pour de mauvais traitements estimés moins graves.
0 0 voter
L'article est-il instructif ?
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires