SOUTENIR & PARTICIPER

LETTRE D'UNE
JEUNE POUSSE
AUX ANIMALLIÉS

Canal Animal est né d’une contradiction.
Alors que tous les sondages indiquent qu’une vaste majorité de français attend de réelles améliorations sur la protection de la personne animale, “le pays des droits de l’homme” demeure l’un des plus cruels avec ses animaux en Europe.
L’Etat persiste à snober les attentes citoyennes, mais déroule le tapis rouge-sang aux lobbys tortionnairesAu sens de Canal Animal, le Tortionnaire de la condition animale désigne tout individu ou organisation dont les actions directes ou indirectes décident SCIEMMENT d’accroître les souffrances physiques et/ou morales d’animaux évolués, dotés de Dignité Animale, voire à les tuer, ou les faire tuer par plaisir ou cupidité. Pour éviter tout abus de langage, le “carniste” (consommateur revendiqué de chair animale) n’est pas considéré comme un “tortionnaire”, mais plutôt comme un opportuniste, bien qu’il soit le dernier maillon économique de la chaîne de cruauté programmée en amont. des animaux.

Pourquoi un tel succès ? Cela tient, en partie, au fait que ces bourreaux sont aussi les mieux organisés, les mieux structurés, avec un remarquable travail de noyautage d’Etat. Et une armée, aussi petite soit-elle, n’est jamais plus forte que si elle forme un bloc unitaire et compact.
Face à eux, les animalliés Néologisme regroupant tout individu ou organisation qui agit d’une façon ou d’une autre en faveur de la Dignité Animale, ou contre l’action des tortionnaires., qu’ils soient intellectuels, chercheurs, philosophes, bénévoles, ou activistes avancent en ordre dispersé. Et pour cause : il y a tant de types d’oppressions différentes qu’ils sont tenus de se “spécialiser” pour être efficaces.
Il n’existe cependant aucune “fédération” d’animalliés qui regroupe l’immense corpus de leurs savoirs, et de leurs actions, pour mieux les diffuser auprès du grand public. Ainsi compartimentés sur leurs champs-de-bataille, ils ne profitent pas de la force du nombre de leurs effectifs dispersés aux quatre vents. Et l’on sait à quel point les “groupuscules” suscitent la méfiance, quand ils ne sont pas qualifiés “d’extrémistes”.

À côté de ça, le citoyen voulant réformer son rapport aux animaux ne dispose d’aucune porte d’entrée évidente pour matérialiser son vœu. Quelque soit le domaine qui le tracasse, disons-le tout net : un grand foutoir domine, ce qui peut entraîner un découragement précoce. Or l’opinion publique, pour changer les choses en profondeur, doit aussi faire bloc pour s’imposer aux Institutions. Mais pour l’instant, les Tortionnaires peuvent dormir tranquille. Ils sont très bien protégés par leurs VRP gouvernementaux sans une forte adversité organisée en face. 

C’est donc avec une forte détermination, que Canal Animal ambitionne d’endosser ce rôle de portail et de place publique, pour faciliter la mise en réseau entre citoyens et animalliés de toutes sensibilités. Notre mission centrale consiste à rassembler un maximum de briques animalistes pour en faire un édifice cohérent, qui finisse par inquiéter les intérêts des Tortionnaires.
Dit autrement, il s’agit de structurer, fluidifier, et valoriser l’information animaliste à l’adresse du citoyen et des professionnels de terrain. L’approche de Canal Animal est résumée en trois mots-clés : informer, instruire, impliquer. Cette plateforme se veut à la fois bibliothèque, centre éditorial participatif, annuaire associatif, calendrier évènementiel, et bien d’autres choses encore.

Canal Animal est fondé sur un idéalisme pragmatique. Il n’y a pas de fatalité, il y a juste des volontés plus fortes que d’autres. La nôtre est inoxydable. Nous refusons fermement d’abandonner le terrain aux bourreaux du monde animal, dont les actes salissent l’humanité entière. Mais seule l’addition de volontés toujours plus nombreuses peut finir par faire chanceler les Tortionnaires, dans leur droit quasi-divin de faire du mal aux animaux, et par ricochet, à tous ceux qui les aiment.
Aussi, notre jeune pousse plante une graine de révolte, une de plus diront les mauvaises langues. Ni général, ni donneur d’ordre, juste médiateur, coordinateur et rassembleur des animalliés, pour mieux diffuser ce qui s’écrit, se filme, et s’organise autour du combat animaliste, vers l’opinion publique, afin de changer les vieux logiciels.

Mais notre vitesse de croissance dépend de vous. Nos besoins sont nombreux, et plus s’additionneront nos compétences, plus vite nous engagerons un effet de boule de neige pour, à terme, changer les règles du jeu, et redonner aux animaux, la liberté qu’ils méritent, et qu’ils n’auraient jamais dû perdre.
Malgré notre colère contre l’impunité des Tortionnaires, nous sommes optimistes. Nous savons que les animalliés réunis sont largement plus nombreux que tous ces fiers bouchers, et qu’une bonne opposition repose d’abord sur une bonne organisation des savoirs et des actions, pour atteindre une masse critique qui changera tout.
Avec humilité, nous savons aussi que c’est un combat de très longue haleine, peut-être même pour la génération suivante à qui nous léguerons nos idées et notre désir de justice. 
Mais si Canal Animal peut aider, ne serait-ce qu’à gagner une seule journée sur le calendrier d’une libération animale, alors le jeu en vaut la chandelle. Parce qu’en une seule journée, les personnes animales souffrent et meurent encore par millions, et que nous décrétons la fin du silence, pour soulever les consciences en leur faveur.

En espérant vous avoir parmi nous,

Franck Isaac

Aider financièrement

Vous pouvez devenir Sociétaire de Canal Animal grâce à trois types de soutien :  l’achat d’un jeu de société, le don direct, et l’achat externe par affiliation.

Devenir Sociétaire par participation

HUIT MOTIFS QUI ONT FAIT NAÎTRE CANAL ANIMAL*
  • L’inscription du Code Civil en 2015 que « l’animal est un être sensible ». Toutefois, n’étant pas pas suivie de lois fortes protégeant cette sensibilité, cette inscription symbolique constitue alors un aveu cynique de cruauté d’Etat, contre l’animal qui n’a rien gagné avec cette reconnaissance tardive.

  • La complaisance d’Etat à s’aligner sur des groupes usant de l’animal comme simple « bête », « ressource », « produit » ou « marchandise », sans aucune considération aux dépens de son intégrité physique et mentale.

  • Les attentes d’une large frange de la population pour une meilleure protection animale, mais sciemment ignorées par le législateur.

  • L’incapacité des animaux à pouvoir s’organiser eux-mêmes pour défendre leurs droits fondamentaux.

  • Les « blessures par empathie » circulant de l’être animal à l’être humain. En effet, le traitement actuel des animaux dans divers domaines (chasse, élevage, cirque etc.), et les maux qui leurs sont infligés, ont une large porosité émotionnelle dans la sphère humaine. S’en prendre ainsi aux animaux constitue donc une agression par ricochet aux sentiments humains de millions de personnes sensibles à leur sort.

  • Les immenses progrès scientifiques relatifs à l’intelligence et sensibilité animale, mais dont l’impact est quasi-nul dans le champs politique.

  • L’absence totale d’éducation animalière moderne auprès de la jeunesse, qui hérite souvent des idées reçues par leur aînés, et la volonté d’Etat d’en faire des “consommateurs” jouisseurs, plutôt que des citoyens sensibles et solidaires.

  • L’accélération de la 6eme extinction de masse des animaux sous la pression des activités humaines purement lucratives.

*Extrait de la Charte de Canal Animal

Fermer le menu
No Such Template. Please Select Valid Template and Try Again.
INTERAGIR

AIDER CANAL ANIMAL

HALLS DE LECTURE

INTERAGIR

AIDER CANAL ANIMAL

HALLS DE LECTURE