Jeu de société
Faire un don
Surfer avec Brave Chromium
La Librairie Animalière

Soutenez Canal Animal avec vos compétences.

Canal Animal est une jeune pousse qui aspire à rallier des bonnes volontés, pour grandir et s’imposer dans le paysage public comme une plateforme incontournable de la cause animale.
Pour l’heure, seules des convictions fortes et un désir de justice seront le moteur de votre participation.
À terme, nous espérons rémunérer ceux qui contribuent régulièrement à faire de cette jeune pousse, un immense arbre d’informations et d’actions sur la condition animale contemporaine.

LETTRE D’UNE JEUNE POUSSE AUX ANIMALLIÉS

Canal Animal est né d’une contradiction. Et d’une frustration.
Alors que tous les sondages indiquent qu’une vaste majorité de français appelle à de fortes mesures de protection sur la condition animale, “le pays des droits de l’homme” demeure l’un des plus cruels avec ses animaux en Europe.
Force est de constater que nos gouvernants font preuve d’un atroce acharnement anti-démocratique sur cette question éthique et compassionnelle.
À la fois complices et inféodés aux lobbys Tyrans & TortionnairesAu sens de Canal Animal, les Tyrans & Tortionnaires désignent tout individu ou organisation dont les actions directes (tortionnaire) ou indirectes (tyran) décident sciemment d’accroître les souffrances physiques et/ou morales d’animaux évolués, dotés de Dignité Animale, voire à les tuer, ou les faire tuer par plaisir ou cupidité. Pour éviter tout abus de langage, le “carniste” (consommateur revendiqué de chair animale) n’est pas considéré comme un “Tortionnaire”, mais plutôt comme un opportuniste, bien qu’il soit le dernier maillon économique de la chaîne de cruauté programmée en amont., cette compassion n’est pas leur affaire : la bête doit demeurer une marchandise ou un produit corvéable à merci.
Relevons aussi que tous ces Tyrans & Tortionnaires sont aussi les mieux organisés, les mieux structurés, avec un remarquable travail de noyautage d’Etat. Et une armée, aussi petite soit-elle, n’est jamais plus forte que si elle forme un bloc unitaire et compact.

Face à eux, les Animalliés Néologisme regroupant tout individu ou organisation qui agit d’une façon ou d’une autre en faveur de la Dignité Animale, ou contre l’action des Tyrans & Tortionnaires., qu’ils soient intellectuels, chercheurs, philosophes, bénévoles, activistes, ou personnes isolées au grand cœur avancent en ordre dispersé. Et pour cause : il y a tant d’oppressions différentes qu’ils sont tenus de se “spécialiser” en petites cellules pour être efficaces.
De fait, ils ne profitent pas de la force du nombre, et l’opinion publique, bien que favorable à l’amélioration de la condition animale, est difficile à mobiliser. L’indignation se cantonne largement aux réseaux sociaux, avec relativement peu de retentissements sur le terrain.
On aime les animaux, mais on a presque honte de l’affirmer publiquement, par peur d’être montré du doigt, ou d’être accusé de « préférer les animaux aux êtres humains ».
Les bourreaux ont donc le champs libre pour persister dans leurs atrocités légales.

Chez Canal Animal, nous refusons fermement d’abandonner les animaux à leur destin de victimes éternelles.
Nous ne céderons pas un pouce de terrain aux bourreaux du monde animal, dont les horreurs salissent l’humanité entière.
Nous savons qu’il n’y a pas de fatalité : il y a juste des volontés plus fortes que d’autres. La nôtre est inoxydable. Mais seule l’addition de volontés toujours plus nombreuses peut finir par inquiéter la zone de confort de tous ces bourreaux dans leur droit auto-proclamé de faire du mal aux animaux, et par empathie, à tous ceux qui les aiment.
Notre ambition première est de faire de la cause animale une question de société de premier plan, au point d’en faire un enjeu électoral réel.
Le train est déjà en marche grâce à de nombreux acteurs de terrain, mais de nouveaux paliers doivent être franchis pour gagner encore en légitimité publique.

Notre stratégie tient en deux axes forts : la création d’un média d’information transversal et presque « institutionnel », sur tout ce qui s’écrit, se dit, ou se filme au sujet de la condition animale, dans un maximum de domaines possibles.
Il s’agit, sur une plateforme unique, de participer avec force et constance, à la prise de conscience publique de l’ampleur immense du crime de masse commis contre les animaux. De sortir de la logique du fait divers. De changer peu à peu le regard et les idées reçues.
L’autre volet stratégique consiste à fédérer les Animalliés de toutes sensibilités, pour sortir de la logique peu productive du « groupuscule », que les grands médias n’hésitent pas à qualifier de “violents” et “d’extrémistes”, retournant le poids de la faute initiale, et bien que leur combat soit juste. Nous ferons la maximum pour mettre en réseau tous ceux qui luttent contre l’oppression animale, peu importe le domaine concerné.
Nous appelons celui qui défile contre le cirque animalier à défiler aussi contre la fourrure, et vice-versa. Seule la force du nombre aura un effet de contagion sociale, pour un public sympathisant mais plus timide à s’engager, s’il ne se sent pas rassuré par une foule conséquente partageant son indignation.
Les Animalliés sont, de loin, plus nombreux que les Tyrans & Tortionnaires : encore faut-il qu’ils travaillent ensemble avec plus d’efficacité, comme savent le faire leurs adversaires, et nous nous attacherons à les encourager dans cette voie.

En résumé, Canal Animal entend structurer, fluidifier, et valoriser l’information animaliste à l’adresse du citoyen et des professionnels de terrain. Son approche se résume en trois mots : informer, instruire, impliquer. Cette plateforme se veut à la fois bibliothèque, centre éditorial participatif, annuaire associatif, calendrier évènementiel, réseau social, et bien d’autres choses encore.

Nous sommes pressés mais nous sommes patients.
Nous avons la conviction que la cause animale va encore gagner du terrain dans l’opinion publique, et nous souhaitons accélérer ce mouvement pour bousculer les lignes de pensées et d’actions.
Nous savons aussi que c’est le combat d’une vie. Nous n’attendons pas de grands miracles dans les cinq ou dix ans à venir. Mais avec tous les acteurs de terrain, nous souhaitons poser des jalons forts, et nous inscrire comme pionniers de la Dignité Animale, avant de passer le relais à la génération suivante.
Démolir cette pyramide de cruauté humaine envers les animaux se fera pierre après pierre : nous croyons qu’il vaut mieux convaincre que vaincre pour obtenir des résultats durables.
La tâche est titanesque, mais ne nous fait pas peur. Parce que nous savons que toute participation, aussi modeste soit-elle, sera utile dans cette mission de longue haleine que nous nous sommes assignés.

Et si ces volontés additionnées qui constituent Canal Animal peuvent aider, ne serait-ce qu’à gagner une seule journée sur le calendrier d’une libération animale, alors le jeu en vaut la chandelle.
Car en une seule journée, les sans-voix vivent dans l’effroi, souffrent et meurent encore par milliards et que, plus que jamais, nous devons briser les murs du silence, pour soulever les consciences en leur faveur.

En espérant vous avoir parmi nous,

Franck Isaac

Comment voulez-vous participer à Canal Animal ?
HUIT MOTIFS QUI ONT FAIT NAÎTRE CANAL ANIMAL*
  • L’incapacité des animaux sentients à pouvoir s’organiser eux-mêmes pour défendre leur intégrité physique et mentale.

  • L’inscription du Code Civil en 2015 que « l’animal est un être sensible ». Toutefois, n’étant pas pas suivie de lois fortes protégeant cette sensibilité, cette inscription symbolique constitue alors un aveu cynique de cruauté d’Etat, contre l’animal qui n’a rien gagné avec cette reconnaissance tardive.

  • La complaisance d’Etat à s’aligner sur des groupes usant de l’animal comme simple « bête », « ressource », « produit » ou « marchandise », aux dépens de son intégrité physique et mentale.

  • Les attentes d’une large frange de la population pour une meilleure protection animale, mais sciemment ignorées par le législateur.

  • Les « blessures par empathie » circulant de l’être animal à l’être humain. En effet, le traitement actuel des animaux dans divers domaines (chasse, élevage, cirque etc.), et les maux qui leurs sont infligés, ont une large porosité émotionnelle dans la sphère humaine. S’en prendre ainsi aux animaux constitue donc une agression par ricochet aux sentiments humains de millions de personnes sensibles à leur sort.
  • Les immenses progrès scientifiques relatifs à l’intelligence et sensibilité animale, mais dont l’impact est quasi-nul dans le champs politique.

  • L’absence totale d’éducation animalière moderne auprès de la jeunesse, qui hérite souvent des idées reçues par leur aînés, et la volonté d’Etat d’en faire des “consommateurs” jouisseurs, plutôt que des citoyens sensibles et solidaires, au-delà de la “barrière” des espèces.

  • L’accélération de la 6eme extinction de masse des animaux sous la pression des activités humaines purement lucratives.

*Extrait de la Charte de Canal Animal