I am a content box for offcanvas navigation
[current_date format='l j F Y']
[ditty_news_ticker id="33325"]
En chantier.
Lancement à l'automne 2020
|

A Paris, un défilé d’animalliés contre les cirques esclavagistes

chevrons-niveau1
Synthèse
Article-source publié le
 17 mai 2019
Texte central
Cirque manifestation
Les cirques animaliers sont de plus en plus contestés dans plusieurs communes de France. (Crédits : Mathilde Gérard / Le Monde)
AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Sur une pancarte se dessine la silhouette de la tigresse Mévy, abattue en novembre 2017 dans Paris après s’être échappée de son cirque. Sur une autre, celle de l’éléphant Tyke, qui avait connu le même sort en 1994 après avoir été pris d’un coup de folie à Honolulu (Hawaï).

A l’appel de Paris Animaux Zoopolis, association née en 2017 qui lutte contre la captivité animale, plusieurs organisations (One Voice, L214, Parti animaliste) et des dizaines de militants ont participé à un rassemblement, jeudi 16 mai, à quelques pas de la place de la République, à Paris, pour demander une loi interdisant les cirques avec des animaux sauvages. Une question sensible, au point qu’une présentation avec des animaux, initialement prévue par des circassiens le même jour, et sur cette même place, a été annulée.

(…)

L’association Code animal, qui milite contre la captivité de la faune, estime à 2 000 environ le nombre d’animaux sauvages détenus par une centaine de cirques en France, principalement des tigres, lions, macaques, babouins, éléphants et zèbres.

Mevy-Tigresse
La tigresse Mevy, abattue le 24 novembre 2017, après s'être enfuie de son géolier, le cirque Bormann. (Crédits : Code Animal)
Activité contre-nature

Transports longs, déplacements constants, conditions de captivité inadaptées entraînant des stéréotypies (comportements répétitifs), techniques de dressage, positions contre-nature… les associations, à l’instar de L214, dénoncent un « amusement aux dépens des animaux ». En réponse, les circassiens mettent en avant le fait que les bêtes, pour la plupart nées dans les cirques, n’ont pas connu d’autre environnement et ont des besoins différents de leurs congénères en liberté.

« Il faut des milliers d’années pour modifier les besoins physiologiques des espèces », réfute Sophie Dol, vétérinaire praticienne à Paris et présente dans la manifestation. Une position rejoignant celle de la Fédération des vétérinaires d’Europe (FVE), qui regroupe des organisations vétérinaires de plus de trente-cinq pays, et qui considère, dans un avis rendu en juin 2015, que « les animaux [en captivité] ont le même patrimoine génétique que leurs homologues dans la nature et conservent les pulsions et besoins de leur comportement instinctif naturel ». La FVE, dont est membre l’Ordre national des vétérinaires français, s’est ainsi positionnée contre l’utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants, arguant de « risques graves tant pour la santé animale que pour la santé et la sécurité publiques ».

Un divertissement progressivement interdit partout dans le monde

Plusieurs pays ont pris, ces dernières années, des mesures interdisant la présence d’animaux sauvages dans les cirques itinérants. Selon un recensement de Code animal, vingt-huit Etats ont adopté une interdiction totale, parmi lesquels la Belgique, l’Italie ou le Mexique. Le dernier en date à s’être positionné en ce sens est le Royaume-Uni, dont le ministre de l’environnement, Michael Gove, a présenté, le 1er mai, un projet de loi.

Plusieurs autres pays ont instauré une interdiction partielle, locale ou par catégories d’espèces. En France, des dizaines de villes ont pris des arrêtés d’interdiction, mais un grand nombre d’entre eux ont été annulés par la justice. D’autres villes ont émis des souhaits non contraignants, comme Strasbourg ou Lille, qui a adopté, le 4 avril, un vœu de « retrait progressif des animaux sauvages dans les cirques ».

Interpellé par une question écrite du député (Génération.s) Régis Juanico, le ministère de la transition écologique et solidaire a répondu, le 30 avril : « En l’état actuel du droit, une interdiction générale de cirques avec animaux n’est pas recevable, du moins bien entendu pour les cirques qui respectent la réglementation et ne présentent pas de risque pour la sécurité. »

En France, la détention d’animaux non domestiques dans des spectacles itinérants est réglementée par un arrêté du 18 mars 2011, qui stipule que « les animaux doivent être entretenus et entraînés dans des conditions qui visent à satisfaire leurs besoins biologiques et comportementaux, à garantir leur sécurité, leur bien-être et leur santé ».

A la demande du ministère, un groupe de travail sur le bien-être de la faune sauvage captive a été mis en place au printemps, réunissant douze représentants des professions circassiennes, douze associations de protection animale et des maires. Deux réunions sur quatre ont déjà eu lieu, la prochaine se tiendra le 23 mai. Cette commission doit remettre des propositions au ministre au début de l’été.

« On ne pourra pas se contenter d’aménagements et de tailles de cages », avertit Sophie Dol. Les associations mettent en avant le fait que les cirques peuvent se réinventer sans animaux à quatre pattes. De plus en plus de compagnies, comme les cirques Phénix, Romanès ou Joseph Bouglione, ne proposent plus de spectacles avec animaux. Le cirque autrichien Roncalli est allé plus loin encore, en investissant 500 000 euros pour créer des hologrammes de fauves et de primates, et compte présenter un numéro avec un… robot acrobate.

Mathilde Gérard
Qualité générale de l'article



Note moyenne : 0,00 sur 0 votes.
Inscrivez-vous pour noter cet article et répondre aux sondages
Loading...

Imprimer l'article

Texte central
Mathilde Gérard
Publication
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont choisis / produits par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)

Morceaux choisis

“L’association Code animal, qui milite contre la captivité de la faune, estime à 2 000 environ le nombre d’animaux sauvages détenus par une centaine de cirques en France”
“les circassiens mettent en avant le fait que les bêtes, pour la plupart nées dans les cirques, n’ont pas connu d’autre environnement et ont des besoins différents de leurs congénères en liberté”
“Fédération des vétérinaires d’Europe : les animaux [en captivité] ont le même patrimoine génétique que leurs homologues dans la nature et conservent les pulsions et besoins de leur comportement instinctif naturel”
“vingt-huit Etats ont adopté une interdiction totale, parmi lesquels la Belgique, l’Italie ou le Mexique”
“En France, des dizaines de villes ont pris des arrêtés d’interdiction, mais un grand nombre d’entre eux ont été annulés par la justice.”
“De plus en plus de compagnies, comme les cirques Phénix, Romanès ou Joseph Bouglione, ne proposent plus de spectacles avec animaux”
Auteur(s)
Mathilde Gérard
Publication
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont choisis / produits par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
L’association Code animal, qui milite contre la captivité de la faune, estime à 2 000 environ le nombre d’animaux sauvages détenus par une centaine de cirques en France
les circassiens mettent en avant le fait que les bêtes, pour la plupart nées dans les cirques, n’ont pas connu d’autre environnement et ont des besoins différents de leurs congénères en liberté
Fédération des vétérinaires d’Europe : les animaux [en captivité] ont le même patrimoine génétique que leurs homologues dans la nature et conservent les pulsions et besoins de leur comportement instinctif naturel
DE PROCHE EN PROCHE