Les pogromes : des animaux aux êtres humains

Hall 5 > Fonds Externe > Article Standard

Imprimer l'article

Reportage

1ere publication en
 1951

AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

L’indignation que suscitent les cruautés commises diminue à mesure que les victimes cessent de ressembler aux lecteurs normaux, qu’elles sont plus brunes, « plus sales », plus proches des « Dagos »Terme méprisant et insultant pour désigner une personne, souvent à la peau foncée, d’origine espagnole, portugaise ou, italienne.. Voilà qui éclaire autant sur les atrocités que sur les spectateurs.
Peut être la schématisation sociale de la perception est-elle ainsi faite chez les antisémites qu’ils ne voient plus du tout les Juifs comme des hommes.

L’assertion courante selon laquelle les Sauvages, les Noirs, les Japonais ressemblent à des animaux, par exemple à des singes, est la clé même des pogromes. Leur éventualité est chose décidée au moment où le regard d’un animal blessé à mort rencontre un homme.
L’obstination avec laquelle celui ci repousse ce regard – « ce n’est qu’un animal » – réapparaît irrésistiblement dans les cruautés commises sur des hommes dont les auteurs doivent constamment se confirmer que « ce n’est qu’un animal », car même devant un animal ils ne pouvaient le croire entièrement.

Dans la société répressive la notion d’homme est elle-même une parodie de la ressemblance de celui-ci avec Dieu.
Le propre du mécanisme de la « projection pathique » est de déterminer les hommes détenant la puissance à ne percevoir l’humain que dans le reflet de leur propre image, au lieu de refléter eux-mêmes l’humain comme une différence.
C’est alors que le meurtre apparaît comme une tentative constamment répétée, dans une folie croissante pour déguiser en raison la folie d’une perception aussi erronée : celui qu’on n’a pas perçu comme un être humain et qui pourtant est un homme, est transformé en chose afin qu’aucun de ses mouvements ne mette en cause le regard du maniaque.

C’est alors que le meurtre apparaît comme une tentative constamment répétée, dans une folie croissante pour déguiser en raison la folie d’une perception aussi erronée : celui qu’on n’a pas perçu comme un être humain et qui pourtant est un homme, est transformé en chose afin qu’aucun de ses mouvements ne mette en cause le regard du maniaque.

Theodor Adorno
(1903-1969)

Imprimer l'article

Adhérez-vous aux idées, opinions et constats de cet article ?

Non, je rejette en bloc à 100% toutes les idéesNon, je ne suis pratiquement d'accord sur rienNon, c'est assez médiocre, à 2 ou 3 détails prèsNon, c'est à peine passableJe ne suis qu'à moitié convaincu.eOui, c'est plutôt pas malOui, c'est globalement bien vuOui, c'est plutôt très bienOui, c'est excellentOui, c'est parfait à 100%

Note moyenne : 8,00 sur 1 votes.
Inscrivez-vous pour noter cet article et répondre aux sondages
Loading...

Les commentaires se font directement au Forum

Texte central

Theodor Adorno

Extrait de l’oeuvre
A lire sur

Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont choisis / produits par Canal Animal.
Toute omission au texte-source serait signalée par la ponctuation (…)

Les Halls de Canal Animal
PROGRÈS
GRAND HALL
OPPRESSIONS
INFLUENCES
DROIT
IDÉES
SCIENCES
ARCHIVES
ARTITUDES
Fermer le menu