Hall 3 • Oppressions

Ajoutez votre titre ici

Des chasseurs achèvent au couteau une biche blessée devant une école primaire

Synthèse
Article-source publié le
 11 février 2019
A Saint-Gobain dans l’Aisne, des chasseurs ont égorgé un Bambi blessé par balle qui avait trouvé refuge près d’une école primaire. Investis d’un sentiment de totale impunité, et peu regardants de l’impact de leurs actes bouchers auprès des enfants, les assassins n’ont pas hésiter à tuer l’un et choquer les autres, pour satisfaire le plaisir morbide de leur loisir barbare.
La biche tuée au couteau
La biche tuée au couteau près de l'école primaire. (Crédits : La Voix du Nord)

AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

La scène a marqué les élèves de l’école Jean-Moulin. « Il était environ 10 h 15, vendredi, lorsque deux coups de feu ont retenti. Les enfants étaient en classe. Ils se sont alors levés pour voir ce qui se passait : ils ont vu une biche blessée, se traîner dans la neige », raconte Luc Dromer, l’enseignant des CM2 à l’Aisne Nouvelle. La bête se trouvait à « 120-130 mètres » selon les témoins.

Immédiatement, le professeur est sorti pour dire aux chasseurs « qu’ils étaient près d’une école ». Il a ensuite prévenu l’Office national des forêts, et demandé à ses élèves de ne plus regarder. Touché par des balles, l’animal « a été achevé au couteau », précise l’enseignant.
En apprenant cela, plusieurs parents ont réagi. « Les enfants en ont parlé le midi. Beaucoup ont été choqués. En entendant les coups de feu, une fille s’est par exemple réfugiée sous une table », rapporte le professeur.
L’école, qui comprend quatre classes, a aussi alerté l’inspection académique. « Nous demandons une zone de non-chasse. Ce n’est pas la première fois que ça arrive à Saint-Gobain, mais là c’était vraiment près. » Pour les chasseurs, la biche a été blessée « à plus de 150 mètres » de l’établissement scolaire. Ils pouvaient donc légalement égorger l’animal en pleine nature.

Pétition virale

Gabrielle Paillot, militante pour les droits des animaux à Laon, a lancé une pétition sur mesopinions.com. Ce lundi, celle-ci a atteint, 94 000 signatures. Les signataires y revendiquent : «que soit mise en place une zone de non-chasse autour de cette école »
Elle sera également adressée par courrier au procureur de la République. Dans Le Parisien, la militante signale qu’« ils auraient pu blesser un enfant si ça s’était passé durant la récréation. Il y a atteinte à l’intégrité psychologique des enfants et mise en danger de la vie d’autrui »

B.T.
MISE À JOUR CANAL ANIMAL AU 22/03/2020

A cette date, la pétition a atteint 110.251 signatures.
Déjà plus d'un an d'écoulé, et malgré plusieurs relances (la dernière datant du 3 mars 2020) de Gabrielle Paillot, les instances judiciaires ne donnent aucune suite à cette affaire, renforçant ainsi la sensation d'impunité des chasseurs. Comme d'habitude dans ce genre d'affaire, la justice reste lettre morte.

Imprimer l'article

Texte central
B.T.
Publication
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont choisis / produits par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)

Morceaux choisis

“En apprenant cela, plusieurs parents ont réagi. « Les enfants en ont parlé le midi. Beaucoup ont été choqués. En entendant les coups de feu, une fille s’est par exemple réfugiée sous une table”
“« Nous demandons une zone de non-chasse. Ce n’est pas la première fois que ça arrive à Saint-Gobain, mais là c’était vraiment près.”
Adhérez-vous aux idées, opinions, ou constats de cet article ?

[ratings]

Les commentaires se font directement au Forum

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Texte central
B.T.
Publication
Notre sentiment
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont choisis / produits par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)