Confessions d’un chasseur ennemi des fermes industrielles

Imprimer l'article

Article-source publié le
 23 octobre 2013

Tribune

Critique

Article-source publié le
 23 octobre 2013
Chasse - Rangée d'arbres
Un homme, un fusil, et la mort gratuite au bout du chemin. (Crédits : Rudolf Vicek)

AjustezCes options sont inopérantes sous Internet Explorer 8
votre confort de lecture

Il m’arrive souvent qu’on me demande « pourquoi tu chasses ? ».
Sous-entendu : « pourquoi un garçon intelligent, sympathique et réfléchi comme toi s’amuse-t-il à tuer des animaux innocents (sic) ? » (selon le catéchisme progressif post-moderne de rigueur).
Je chasse parce que j’assume entièrement la responsabilité de la mort de l’animal qui va se trouver dans mon assiette, contrairement à tous ceux qui croient que la viande pousse dans les bacs congélateurs des supermarchés et qui veulent ignorer les conditions concentrationnaires des élevages industriels qu’ils financent 365 jours par an.

Je chasse des animaux libres et sauvages, dans un environnement qui leur est favorable et familier, qui ne sont pas rendu fous et aveugles dans des stabulations totalitaires où ils ne voient jamais la lumière du jour, où on les gave d’antibiotiques ou d’hormones en les privant de leur dignité d’être vivants comme s’ils n’étaient que des choses inertes, où chaque parcelle de leur vie est niée au profit d’une industrie agro-alimentaire ravagée par la technique et à destination d’une surpopulation mondiale gavée jusqu’à l’overdose par le turbocapitalisme mondialisé, fossoyeur de l’âme de tous, hommes et bêtes.

Cerf Mort
Cerf de 150 kg "prélevé" à la forêt. Abattre des êtres conscients est-il un loisir comme un autre ? (Crédits : "Bouky")

Je chasse avec une arme à feu moderne, rapide, fiable et puissante, parce qu’il n’est pas question d’équité entre moi et le gibier, de confrontation « juste », de « fair-play » ou de tout autre aberration dite sportive ou hypocrite. La chasse n’est pas un sport et ne se justifie pas par des mièvreries pseudo égalitaires. La chasse est un acte de prélèvement ancestral où la Mort est l’ultime objectif et où l’homme tisse un lien inexplicable avec l’essence même de toute vie. En tant que chasseur, j’ai le devoir de mettre à mort le gibier de façon rapide et de minimiser ses souffrances et son stress.

(…)

Je ne chasse pas pour « prendre l’air », pour « promener mon chien » ou pour « profiter de la Nature » comme le disent parfois des chasseurs écrasés par la culpabilité de toute une société qui cherche des boucs-émissaires à la maltraitance animale, acte déshonorant que je n’ai jamais constaté chez des chasseurs en dix-sept années de pratique, et dont le respect de l’animal peut paraître certes paradoxal mais qui ne saurait être contesté.
Je chasse parce que j’accepte ma condition d’humain véritable et son héritage ancestral. Je ne suis pas un « écocitoyen », ni un adepte du « tourisme vert » ou de tout autre fadaise pour moutons lobotomisés à la marchandisation du loisirs pour qui le mystère du monde est réduit à un prix sur une étiquette de produit de magasin de sport. Face aux esclaves du factice et de la démagogie soumis à la tyrannie des malfaisants, je suis l’homme libre de l’ancienne loi germanique, celui qui porte une arme.
Je chasse parce qu’en moi coule le sang noir et l’appel du chêne sacré, parce que la forêt n’est pas pour moi un parc de loisirs mais le lieu du Mystère, le territoire des bêtes sauvages, le sanctuaire des héros antiques et des seigneurs féodaux, le temple et le jardin des Dieux ancestraux.

Pierric Guittaut
(né en 1974)

Imprimer l'article

Texte central

Franck Isaac

Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont choisis / produits par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)

Morceaux choisis

“Je chasse parce que j’assume entièrement la responsabilité de la mort de l’animal qui va se trouver dans mon assiette”
“La chasse n’est pas un sport et ne se justifie pas par des mièvreries pseudo égalitaires. La chasse est un acte de prélèvement ancestral où la Mort est l’ultime objectif”
“Je chasse parce que j’accepte ma condition d’humain véritable et son héritage ancestral. Je ne suis pas un « écocitoyen », ni un adepte du « tourisme vert »”
Adhérez-vous aux idées, opinions, ou constats de cet article ?

Non, je rejette en bloc à 100% toutes les idéesNon, je ne suis pratiquement d'accord sur rienNon, c'est assez médiocre, à 2 ou 3 détails prèsNon, c'est à peine passableJe ne suis qu'à moitié convaincu.eOui, c'est plutôt pas malOui, c'est globalement bien vuOui, c'est plutôt très bienOui, c'est excellentOui, c'est parfait à 100%

Note moyenne : 3,00 sur 1 votes.
Inscrivez-vous pour noter cet article et répondre aux sondages
Loading...

Les commentaires se font directement au Forum

Texte central

Pierric Guittaut

Publication
Titre, chapô, images, intertitres, infobulles
sont choisis / produits par Canal Animal.
Les omissions au texte-source sont signalées par le sigle (…)
“Je chasse parce que j’assume entièrement la responsabilité de la mort de l’animal qui va se trouver dans mon assiette”
“La chasse n’est pas un sport et ne se justifie pas par des mièvreries pseudo égalitaires. La chasse est un acte de prélèvement ancestral où la Mort est l’ultime objectif”
“Je chasse parce que j’accepte ma condition d’humain véritable et son héritage ancestral. Je ne suis pas un « écocitoyen », ni un adepte du « tourisme vert »”
NOS OBJECTIFS
But : Ouverture du Forum
Condition : 1000 inscriptions
1/1000 0.1%
But : Achat d'un ordinateur professionnel
Condition : 2600€
0€ 0%
AGIR PRÈS DE CHEZ SOI
Face à la disparition massive des insectes, et aux épandages massifs,
les oiseaux s'éteignent en silence
En disposant des boules de graisse autour de chez vous,
vous les aidez à survivre en ces temps difficiles
Une seule boule de de graisse nourrit plusieurs passereaux pendant quelques jours
Chaque boule de graisse ne dépasse pas 50cts, mais leur apport énergétique est énorme !
Précédent
Suivant
Fermer le menu
INTERAGIR

AIDER CANAL ANIMAL

HALLS DE LECTURE

INTERAGIR

AIDER CANAL ANIMAL

HALLS DE LECTURE