It seems we can't find what you're looking for.
It seems we can't find what you're looking for.
Ces articles n'engagent aucunement leurs auteurs à l'éthique de Canal Animal.
It seems we can't find what you're looking for.
Toulouse 31000
Montreal H2L 2M7
Mamoudzou 97600
La Louvière 7100
Estancarbon 31800
Saint-Gaudens 31800
Rouen 76000

Paroles d’animalliés

.slidercitation { font-size: 2.5em; font-family: 'Muli'; }

Les hommes sont les démons terrestres, et les animaux, les âmes torturées par ceux-ci (Arthur Schopenhauer)

Le jour viendra où les personnes comme moi regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent aujourd'hui le meurtre des êtres humains. (Leonard de Vinci)

Les animaux sont mes amis... et je ne mange pas mes amis. (George Bernard Shaw)

Un homme cruel avec les animaux ne peut être un homme bon. (Ghandi)

Le jour où l'on comprendra qu'une pensée sans langage existe chez les animaux, nous mourrons de honte de les avoir enfermés dans des zoos et de les avoir humiliés par nos rires. (Boris Cyrulnik)

Ceux qui tirent profit de nombreux animaux n'ont pas besoin de notre approbation. Ils ont besoin de notre argent. (Peter Singer)

L’opinion publique

Les attentes citoyennes sur la condition animale.
6 chiffres clés
89% des français jugent la cause animale importante
77% sont favorables à ce que la France inscrive dans sa Constitution la protection des animaux
66% sont favorables à la création d’un statut juridique de « personne animale » pour les animaux
78% sont favorables au statut « d’être vivant et sensible » pour tous les animaux sauvages
71% sont favorables à la création d’un « ministère de l’Environnement et de la protection animale »
80% souhaitent attribuer une personnalité juridique aux grands singes leur conférant des droits fondamentaux inhérents à leur dignité
  • %
  • 90+
  • 80+
  • 70+
  • 60+

98% des Français :

  • considèrent qu’il est important de protéger les animaux d’élevage (Eurobaromètre – 2016)

Entre 91% et 95% des Français :

  • mentionnent comme facteurs importants de bien-être pour les poissons une eau propre et non polluée ( 95% ),un espace approprié pour nager et pour exprimer leurs comportements naturels ( 94% ), des conditions de vie minimisant les souffrances ( 92% ) et une mise à mort rapide et indolore ( 91% ) (COMRES – 2018)

93% des Français :

  • considèrent que l’enfermement à vie des poulets en bâtiment n’est pas une pratique satisfaisante (IFOP – 2018)

91% des Français :

  • considèrent que l’abattage des poulets par bain d’eau électrique n’est pas une méthode satisfaisante (IFOP – 2018)
  • s’opposent au commerce de la fourrure (IFOP – 2020)
  • sont favorables à une réforme de l’organisation et de la réglementation sur la chasse pour les adapter à la société actuelle (IFOP – 2016)
  • souhaitent que les animaux soient protégés de la chasse en période de reproduction (IPSOS – 2018)
  • considèrent que le « bien-être » des poissons devrait être au moins autant protégé que celui des autres animaux d’élevage (COMRES – 2018)
  • déclarent que les propositions en faveur de la chasse ne les inciteraient pas à voter pour un candidat, y compris dans les communes rurales (IFOP – 2019)
  • sont opposés à l’élevage intensif des poulets (YouGov – 2017)

90% des Français :

  • sont défavorables aux élevages qui concentrent les animaux dans des bâtiments fermés sans leur laisser d’accès à l’extérieur (OpinionWay – 2013)
  • sont favorables à l’interdiction de l’expérimentation animale si des méthodes substitutives existent (IFOP – 2018)
  • se montrent favorables à l’interdiction de l’élevage en cage des poules pondeuses (YouGov – 2018)

89% des Français :

  • des Français jugent la cause animale importante (IFOP – 2019)
  • sont favorables à une limitation de la durée de transports d’animaux vivants à un maximum de huit heures (IFOP – 2017)
  • sont « tout à fait » ou « probablement » d’accord que les campagnes d’information sur le bien-être animal pourraient être un bon moyen d’influencer positivement les attitudes des enfants et des jeunes à l’égard des animaux (Eurobaromètre – 2016)

88% des Français :

  • considèrent que la protection des animaux d’élevage devrait être renforcée (Eurobaromètre – 2016)
  • 88% des étudiants trouveraient judicieux d’avoir un menu végétalien complet chaque jour dans les restaurants universitaires (Made in Surveys – 2019)

87% des Français :

  • souhaitent l’extension de la protection contre les mauvais traitements aux animaux sauvages (SOFRES – 2011)

86% des Français :

  • considèrent que les pouvoirs publics doivent s’occuper du « bien-être » des animaux d’élevage (Eurobaromètre – 2016)
  • pensent que le gouvernement devrait encourager et accompagner la création de sanctuaires ou refuges marins pour accueillir les cétacés captifs et les réhabituer à la vie sauvage (IFOP – 2018)

85% des Français :

  • considèrent les conditions d’élevage des animaux comme une information importante (IFOP – 2012)
  • se disent favorables aux caméras dans les abattoirs (IFOP – 2016)
  • sont contre l’abattage sans « étourdissement »  (IFOP – 2020)
  • sont défavorables aux mutilations pratiquées sur les cochons (coupe des queues, meulage des dents, castration pour les mâles) (Yougov – 2017)

84% des Français :

  • estiment que la France doit interdire l’élevage d’animaux pour leur fourrure (Yougov – 2018)
  • trouvent la chasse dangereuse pour eux (IPSOS – 2018)
  • approuveraient que les supermarchés cessent de vendre des oeufs de poules élevées en cage (OpinionWay – 2014)

83% des Français :

  • se montrent défavorables à l’enfermement des truies dans des cages individuelles qui ne leur permettent pas de se retourner (Yougov – 2017)

82% des Français :

  • sont opposés la présence d’ours polaires dans les zoos situés dans des régions méditerranéennes (IFOP – 2018)
  • estiment que la chasse représente une menace pour l’environnement, notamment à cause du plomb déversé dans la nature (IPSOS – 2018)

80% des Français :

  • souhaitent que des informations sur le « bien-être » des poissons figurent sur l’étiquetage des poissons et des produits dont ils entrent dans la composition (COMRES – 2018)
  • sont opposés à l’éradication du loup (IFOP – 2013)
  • considèrent que le supplice et la mise à mort d’un animal (comme dans une corrida ou un combat de coqs par exemple) ne peuvent plus être considérés comme un spectacle en 2018 en France (IFOP – 2018)
  • souhaitent protéger les grands singes en leur attribuant une personnalité juridique qui leur confère des droits fondamentaux inhérents à leur dignité (IFOP – 2016)

79% des Français :

  • sont favorables à la réduction de la période chasse (IFOP – 2017)
  • souhaitent un renforcement de la protection des chiens (COMRES – 2018)

78% des Français :

  • sont favorables à la reconnaissance du statut d’être vivant et sensible pour tous les animaux sauvages  (IFOP – 2017)
  • 88% des étudiants trouveraient judicieux d’avoir un menu végétalien complet chaque jour dans les restaurants universitaires (Made in Surveys – 2019)

77% des Français :

  • sont favorables à ce que la France inscrive dans sa Constitution la protection des animaux (IFOP – 2018)
  • considèrent que l’élevage de poules en batterie est un acte de torture animale (Dialego – 2008)

76% des Français :

  • demandent l’interdiction de faire vivre un chien à l’attache ou en enclos (IFOP – 2018)
  • se prononcent pour l’interdiction de la chasse à courre (IFOP – 2020)

75% des Français :

  • sont favorables à l’interdiction des corridas en France (IFOP – 2020)
  • des habitants des départements dits « taurins » sont opposés aux corridas (IFOP – 2017)
  • trouvent totalement inacceptable que l’État français fasse abattre des animaux d’espèces protégées, tels que les loups, les vautours ou les bouquetins, au motif qu’ils peuvent représenter un risque (IFOP – 2013)
  • sont défavorables aux mutilations pratiquées sur les cochons (coupe des queues, meulage des dents, castration pour les mâles) (Yougov – 2017)

73% des Français :

  • sont favorables à ce que la viande, les œufs, les laitages et le poisson issus de l’élevage intensif soient exclus de la commande publique de leur commune (IFOP – 2019)
  • demandent l’interdiction de toute expérimentation animale sur nos animaux de compagnie (IFOP – 2018)  

72% des Français :

  • sont favorables à ce que le/la maire de leur commune, à l’issue des élections municipales de mars 2020, désigne un(e) adjoint(e) en charge de la protection animale (IFOP – 2019)
  • se déclarent opposés à la capture et au maintien en captivité de dauphins (IPSOS – 2011)
  • sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques (IFOP – 2020)

71% des Français :

  • sont favorables à ce que la protection animale figure dans l’intitulé d’un ministère, par exemple le « ministère de l’Environnement et de la protection animale » (IFOP – 2018)
  • ne se sentent pas en en sécurité en période de chasse dans la nature (IFOP – 2017)
  • considèrent que le supplice et la mise à mort d’un animal (comme dans une corrida ou un combat de coqs par exemple) ne peuvent plus être considérés comme un spectacle en 2018 en France (IFOP – 2018)

70% des Français :

  • sont opposés à la captivité des dauphins et des orques dans des parcs aquatiques à des fins de divertissement (IFOP – 2018)

69% des Français :

  • rejettent massivement la chasse (IFOP – 2019)
  • sont pour l’interdiction des delphinariums qui maintiennent en captivité des orques et des dauphins à des fins de divertissement (IFOP – 2020)

68% des Français :

  • sont opposés aux projets de fermes-usines (IFOP – 2015)
  • se déclarent opposés à l’exportation d’animaux d’élevage vivants hors de l’Union Européenne (IFOP – 2017)

67% des Français :

  • sont prêts à réduire leur consommation de protéines animales pour privilégier des produits de meilleure qualité (IFOP – 2017)

66% des Français :

  • sont favorables à la création d’un statut juridique de « personne animale » pour les animaux (IFOP – 2019)
  • sont défavorables à la réglementation qui autorise toute l’année la chasse et le piégeage des belettes, fouines, martres, putois, corbeaux, corneilles, étourneaux, geais des chênes, pies, pigeons ramier, bernaches du Canada (IFOP – 2017)
  • pensent que les peines prononcées pour mauvais traitements, abandons, sévices graves ou atteintes à la vie ou à l’intégrité de l’animal sont insuffisamment appliquées (IFOP – 2018)
  • sont favorables à la mise en place d’une alternative végétarienne quotidienne dans les cantines scolaires de leur commune (IFOP – 2019)
  • des Français sont prêts à remplacer tout ou partie de leur consommation de viande de poulet par des alternatives végétales (IFOP – 2018)

65% des Français :

  • se disent gênés par les chasseurs lorsqu’ils se promènent dans la nature (IFOP – 2011)
  • sont favorables à la fermeture de la Ménagerie et au placement des animaux dans des sanctuaires adaptés (IFOP – 2020)

64% des Français :

  • se disent favorables au changement de statut juridique des chevaux afin de leur éviter l’abattoir (IFOP – 2013)
  • souhaitent interdire les élevages et les lâchers d’animaux destinés à la chasse (IFOP – 2017) 
  • sont favorables à l’introduction de deux repas végétariens par semaine dans les cantines scolaires de leur commune (IFOP – 2019) 

62% des Français :

  • trouvent injustifé que les chasseurs soient autorisés à intervenir dans les écoles (IFOP – 2010)
  • se disent disposés à réduire leur consommation de viande (Yougov – 2015)

61% des Français :

  • estiment qu’il n’est pas acceptable d’élever le animaux uniquement pour leur fourrure (IPSOS – 2013)

AGIR Pétitions

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.
Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.
It seems we can't find what you're looking for.
Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.
It seems we can't find what you're looking for.
Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.
Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

L’opinion publique

Les attentes citoyennes sur la condition animale.
6 chiffres clés
89% des français jugent la cause animale importante
77% sont favorables à ce que la France inscrive dans sa Constitution la protection des animaux
66% sont favorables à la création d'un statut juridique de « personne animale » pour les animaux
78% sont favorables au statut "d’être vivant et sensible" pour tous les animaux sauvages
71% sont favorables à la création d'un « ministère de l’Environnement et de la protection animale »
80% souhaitent attribuer une personnalité juridique aux grands singes leur conférant des droits fondamentaux inhérents à leur dignité
  • %
  • 90+
  • 80+
  • 70+
  • 60+

98% des Français :

  • considèrent qu’il est important de protéger les animaux d’élevage (Eurobaromètre – 2016)

Entre 91% et 95% des Français :

  • mentionnent comme facteurs importants de bien-être pour les poissons une eau propre et non polluée ( 95% ),un espace approprié pour nager et pour exprimer leurs comportements naturels ( 94% ), des conditions de vie minimisant les souffrances ( 92% ) et une mise à mort rapide et indolore ( 91% ) (COMRES – 2018)

93% des Français :

  • considèrent que l’enfermement à vie des poulets en bâtiment n’est pas une pratique satisfaisante (IFOP – 2018)

91% des Français :

  • considèrent que l’abattage des poulets par bain d’eau électrique n’est pas une méthode satisfaisante (IFOP – 2018)
  • s’opposent au commerce de la fourrure (IFOP – 2020)
  • sont favorables à une réforme de l’organisation et de la réglementation sur la chasse pour les adapter à la société actuelle (IFOP – 2016)
  • souhaitent que les animaux soient protégés de la chasse en période de reproduction (IPSOS – 2018)
  • considèrent que le « bien-être » des poissons devrait être au moins autant protégé que celui des autres animaux d’élevage (COMRES – 2018)
  • déclarent que les propositions en faveur de la chasse ne les inciteraient pas à voter pour un candidat, y compris dans les communes rurales (IFOP – 2019)
  • sont opposés à l’élevage intensif des poulets (YouGov – 2017)

90% des Français :

  • sont défavorables aux élevages qui concentrent les animaux dans des bâtiments fermés sans leur laisser d’accès à l’extérieur (OpinionWay – 2013)
  • sont favorables à l’interdiction de l’expérimentation animale si des méthodes substitutives existent (IFOP – 2018)
  • se montrent favorables à l’interdiction de l’élevage en cage des poules pondeuses (YouGov – 2018)

89% des Français :

  • des Français jugent la cause animale importante (IFOP – 2019)
  • sont favorables à une limitation de la durée de transports d’animaux vivants à un maximum de huit heures (IFOP – 2017)
  • sont « tout à fait » ou « probablement » d’accord que les campagnes d’information sur le bien-être animal pourraient être un bon moyen d’influencer positivement les attitudes des enfants et des jeunes à l’égard des animaux (Eurobaromètre – 2016)

88% des Français :

  • considèrent que la protection des animaux d’élevage devrait être renforcée (Eurobaromètre – 2016)
  • 88% des étudiants trouveraient judicieux d’avoir un menu végétalien complet chaque jour dans les restaurants universitaires (Made in Surveys – 2019)

87% des Français :

  • souhaitent l’extension de la protection contre les mauvais traitements aux animaux sauvages (SOFRES – 2011)

86% des Français :

  • considèrent que les pouvoirs publics doivent s’occuper du « bien-être » des animaux d’élevage (Eurobaromètre – 2016)
  • pensent que le gouvernement devrait encourager et accompagner la création de sanctuaires ou refuges marins pour accueillir les cétacés captifs et les réhabituer à la vie sauvage (IFOP – 2018)

85% des Français :

  • considèrent les conditions d’élevage des animaux comme une information importante (IFOP – 2012)
  • se disent favorables aux caméras dans les abattoirs (IFOP – 2016)
  • sont contre l’abattage sans « étourdissement »  (IFOP – 2020)
  • sont défavorables aux mutilations pratiquées sur les cochons (coupe des queues, meulage des dents, castration pour les mâles) (Yougov – 2017)

84% des Français :

  • estiment que la France doit interdire l’élevage d’animaux pour leur fourrure (Yougov – 2018)
  • trouvent la chasse dangereuse pour eux (IPSOS – 2018)
  • approuveraient que les supermarchés cessent de vendre des oeufs de poules élevées en cage (OpinionWay – 2014)

83% des Français :

  • se montrent défavorables à l’enfermement des truies dans des cages individuelles qui ne leur permettent pas de se retourner (Yougov – 2017)

82% des Français :

  • sont opposés la présence d’ours polaires dans les zoos situés dans des régions méditerranéennes (IFOP – 2018)
  • estiment que la chasse représente une menace pour l’environnement, notamment à cause du plomb déversé dans la nature (IPSOS – 2018)

80% des Français :

  • souhaitent que des informations sur le « bien-être » des poissons figurent sur l’étiquetage des poissons et des produits dont ils entrent dans la composition (COMRES – 2018)
  • sont opposés à l’éradication du loup (IFOP – 2013)
  • considèrent que le supplice et la mise à mort d’un animal (comme dans une corrida ou un combat de coqs par exemple) ne peuvent plus être considérés comme un spectacle en 2018 en France (IFOP – 2018)
  • souhaitent protéger les grands singes en leur attribuant une personnalité juridique qui leur confère des droits fondamentaux inhérents à leur dignité (IFOP – 2016)

79% des Français :

  • sont favorables à la réduction de la période chasse (IFOP – 2017)
  • souhaitent un renforcement de la protection des chiens (COMRES – 2018)

78% des Français :

  • sont favorables à la reconnaissance du statut d’être vivant et sensible pour tous les animaux sauvages  (IFOP – 2017)
  • 88% des étudiants trouveraient judicieux d’avoir un menu végétalien complet chaque jour dans les restaurants universitaires (Made in Surveys – 2019)

77% des Français :

  • sont favorables à ce que la France inscrive dans sa Constitution la protection des animaux (IFOP – 2018)
  • considèrent que l’élevage de poules en batterie est un acte de torture animale (Dialego – 2008)

76% des Français :

  • demandent l’interdiction de faire vivre un chien à l’attache ou en enclos (IFOP – 2018)
  • se prononcent pour l’interdiction de la chasse à courre (IFOP – 2020)

75% des Français :

  • sont favorables à l’interdiction des corridas en France (IFOP – 2020)
  • des habitants des départements dits « taurins » sont opposés aux corridas (IFOP – 2017)
  • trouvent totalement inacceptable que l’État français fasse abattre des animaux d’espèces protégées, tels que les loups, les vautours ou les bouquetins, au motif qu’ils peuvent représenter un risque (IFOP – 2013)
  • sont défavorables aux mutilations pratiquées sur les cochons (coupe des queues, meulage des dents, castration pour les mâles) (Yougov – 2017)

73% des Français :

  • sont favorables à ce que la viande, les œufs, les laitages et le poisson issus de l’élevage intensif soient exclus de la commande publique de leur commune (IFOP – 2019)
  • demandent l’interdiction de toute expérimentation animale sur nos animaux de compagnie (IFOP – 2018)  

72% des Français :

  • sont favorables à ce que le/la maire de leur commune, à l’issue des élections municipales de mars 2020, désigne un(e) adjoint(e) en charge de la protection animale (IFOP – 2019)
  • se déclarent opposés à la capture et au maintien en captivité de dauphins (IPSOS – 2011)
  • sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques (IFOP – 2020)

71% des Français :

  • sont favorables à ce que la protection animale figure dans l’intitulé d’un ministère, par exemple le « ministère de l’Environnement et de la protection animale » (IFOP – 2018)
  • ne se sentent pas en en sécurité en période de chasse dans la nature (IFOP – 2017)
  • considèrent que le supplice et la mise à mort d’un animal (comme dans une corrida ou un combat de coqs par exemple) ne peuvent plus être considérés comme un spectacle en 2018 en France (IFOP – 2018)

70% des Français :

  • sont opposés à la captivité des dauphins et des orques dans des parcs aquatiques à des fins de divertissement (IFOP – 2018)

69% des Français :

  • rejettent massivement la chasse (IFOP – 2019)
  • sont pour l’interdiction des delphinariums qui maintiennent en captivité des orques et des dauphins à des fins de divertissement (IFOP – 2020)

68% des Français :

  • sont opposés aux projets de fermes-usines (IFOP – 2015)
  • se déclarent opposés à l’exportation d’animaux d’élevage vivants hors de l’Union Européenne (IFOP – 2017)

67% des Français :

  • sont prêts à réduire leur consommation de protéines animales pour privilégier des produits de meilleure qualité (IFOP – 2017)

66% des Français :

  • sont favorables à la création d’un statut juridique de « personne animale » pour les animaux (IFOP – 2019)
  • sont défavorables à la réglementation qui autorise toute l’année la chasse et le piégeage des belettes, fouines, martres, putois, corbeaux, corneilles, étourneaux, geais des chênes, pies, pigeons ramier, bernaches du Canada (IFOP – 2017)
  • pensent que les peines prononcées pour mauvais traitements, abandons, sévices graves ou atteintes à la vie ou à l’intégrité de l’animal sont insuffisamment appliquées (IFOP – 2018)
  • sont favorables à la mise en place d’une alternative végétarienne quotidienne dans les cantines scolaires de leur commune (IFOP – 2019)
  • des Français sont prêts à remplacer tout ou partie de leur consommation de viande de poulet par des alternatives végétales (IFOP – 2018)

65% des Français :

  • se disent gênés par les chasseurs lorsqu’ils se promènent dans la nature (IFOP – 2011)
  • sont favorables à la fermeture de la Ménagerie et au placement des animaux dans des sanctuaires adaptés (IFOP – 2020)

64% des Français :

  • se disent favorables au changement de statut juridique des chevaux afin de leur éviter l’abattoir (IFOP – 2013)
  • souhaitent interdire les élevages et les lâchers d’animaux destinés à la chasse (IFOP – 2017) 
  • sont favorables à l’introduction de deux repas végétariens par semaine dans les cantines scolaires de leur commune (IFOP – 2019) 

62% des Français :

  • trouvent injustifé que les chasseurs soient autorisés à intervenir dans les écoles (IFOP – 2010)
  • se disent disposés à réduire leur consommation de viande (Yougov – 2015)

61% des Français :

  • estiment qu’il n’est pas acceptable d’élever le animaux uniquement pour leur fourrure (IPSOS – 2013)